Nouvelle femme monument de la photo au Jeu de Paume : Berenice Abbott

J'aime
4

Berenice Abbott, Bourse de New York, New York, 1933 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

Sous le commissariat de Gaëlle Morel, l'exposition que le Jeu de Paume consacre à Bérénice Abbott (1898 - 1991) s'ouvre sur le portrait qu'elle réalisa d'Eugène Atget au seuil de la mort ; la photographe en fut en effet une promotrice acharnée aux Etats-Unis.

C'est pourtant à Paris que la carrière de l'américaine commence. Embauchée en 1923 comme assistante de Man Ray dans son studio, elle tire le portrait des artistes d'avant-garde de l'époque. Trois ans plus tard, elle ouvre son propre studio et finit, à force de prendre en photo la bourgeoisie et de la bohème artistique parisienne, et notamment des intellectuels comme Jean Cocteau, par concurrencer son maitre.

Rentrée aux Etats-Unis en 1929 et après une période d'échecs commerciaux pendant laquelle elle continue à promouvoir l'oeuvre d'Atget dont elle a acquis plusieurs milliers d'images, elle décide de documenter le Changing New York  ; une ville en pleine mutation dont elle saisit, avec une modernité graphique et un sens des volumes à la croisée de la Nouvelle Vision et des futurs paysagistes de l'école de Dusseldorf ou des New Topographics, les clivages architecturaux et sociaux. La teneur militante du projet est évidente et évoque parfois Walker Evans, actif à la même époque ; elle fut malheureusement éludée par l'éditeur d'Abbott, qui choisira de transformer le livre en un guide touristique. On retiendra pourtant, parmi la centaine d'images choisies, celle d'un abri de fortune à la forme de cabine de bateau, naviguant au milieu des gratte-ciels New-Yorkais, guidé par ses résidents, galériens de la grande ville.

L'exposition se ferme sur deux séries moins connues de l'artiste ; celle qui, en 1954, la lance sur la Route 1 des Etats-Unis, et lui permet de documenter l'architecture, l'habitat et la population des villes de la côte Est américaine, du Maine à la Floride.  En 1958 enfin, Abbott bascule du côté de la science, et produit des images totalement inattendues, commissionnée à l'époque par le M.I.T. pour promouvoir l'enseignement des sciences dans les ouvrages scolaires ; de ces "Images of Physics" on retient donc des formes en mouvement, des études de trajectoire, des ondes aquatiques produisant des ombres, fixées avec une précision qui fait se toucher rigueur scientifique et et exigence graphique.

 

Ondes aquatiques produisant des ombres, 1946 - 1960  © Berenice Abbott, The New York public Library



Finalement, c'est la grande maitrise technique d'Abbott qui ressort de l'exposition du Jeu de Paume : une maitrise qui lui permet de s'intéresser aux visages, aux villes et aux particules avec la même application et ce sens immédiat de l'échelle qui leur donne sens et interroge, d'un même regard, leur passé et leur futur, leur rôle et leur énergie.

 

Antoine Soubrier, le 20 février 2012.

 

 

___

 

Après Lee Miller, Lisette Model, Claude Cahun, Diane Arbus et avant Eva Besnyö, le Jeu de Paume poursuit son travail de mise en lumière des femmes photographes du xxe siècle. Avec Berenice Abbott, la ville est au cœur de l’exposition : alors que le krach boursier secoue l’Amérique des années 1930, ses images de New York témoignent de sa fascination pour un territoire urbain en pleine mutation. Connue pour avoir révélé l’œuvre d’Eugène Atget, Berenice Abbott, qui voulait se consacrer à la sculpture, se révèle être une grande photographe de la matière, de l’espace et de la lumière.

L’exposition présente le travail de Berenice Abbott, photographe américaine, célèbre notamment pour avoir œuvré à la reconnaissance internationale d’Eugène Atget. Dévoilant, pour la première fois en France, les différentes étapes de sa carrière, cette rétrospective propose plus de 140 photographies, des ouvrages originaux et une série de documents inédits. Passant du portrait à l’architecture puis à la prise de vue scientifique, l’exposition dévoile les multiples facettes de l’œuvre d’Abbott, souvent réduite à quelques images.

Si Berenice Abbott (1898-1991) a pratiqué la photographie tout au long de sa vie, trois périodes distinctes rythment sa carrière. Venue à Paris au début des années 1920, formée par Man Ray avant d’ouvrir son propre studio, elle entame avec succès une carrière de portraitiste. Une série de portraits d’artistes, écrivains et dramaturges français ou américains en exil, révèle les liens de la photographe avec les milieux d’avant-garde artistiques et intellectuels. L’exposition présente également une part importante du projet le plus connu de la photographe, Changing New York (1935-1939), lancé par l’administration américaine dans le contexte de la crise économique qui touche le pays. Conçue à la fois comme une documentation sur New York et une œuvre artistique, cette vaste commande gouvernementale montre les changements de la métropole, en saisissant la structure urbaine et les contrastes entre l’ancien et le moderne. Enfin, au cours des années 1950, Berenice Abbott réalise pour le Massachusetts Institute of Technology (MIT) un corpus d’illustrations sur les principes de la mécanique et de la lumière. Mêlant ambition pédagogique et recherche esthétique, ces images abstraites et expérimentales font écho aux photogrammes des années 1920.

 

Berenice Abbott, Jean Cocteau avec un revolver, 1926 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

 

 

Berenice Abbott, Pont de Triborough, 125e Rue est, New York, 29 juin 1937 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

 

Engagée dès les années 1920 auprès des milieux de l’avant-garde artistique, militant contre le pictorialisme et l’école d’Alfred Stieglitz, Berenice Abbott a consacré toute sa carrière à interroger les notions de photographie documentaire et de réalisme photographique. Montrant la richesse de cette démarche, la rétrospective présentée par le Jeu de Paume permet d’exposer à la fois l’unité et la diversité de sa production photographique.

 

Vignette : Berenice Abbott, Bourse de New York, New York, 1933 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.



Mots clés / Tags : abbott, berenice, images, exposition, carri, avant, photographe, ricaine, paume, atget, portrait, garde, poque,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Exposition collective : « Cinq »

La Galerie E.G.P présente « Cinq », une exposition célébrant ses cinq années d’existence, du 16 janvier au 28 février 2015. Cette exposition rassemble les œuvres d’artistes qui, depuis l’exposition inaugurale de Takesada Matsutani en 2009, ont participé à l’aventure, dont Quentin Armand, Oliver Bragg, Irina Ionesco et Igor Josifov. ...


Erik van der Weijde : Gebilde

To date, the extensive work of Dutch artist Erik van der Weijde has primarily come to our attention in the form of his artist books, zines, and, more recently, also his magazine called SUBWAY. The photographer has presented more than forty publications over the last twelve years, released by his own publishing company 4478zine or in cooperation with the most prominent independent publishers, inclu...


« Fêlures » d'Anaïs Boudot

Ici la fêlure ne semble pas un signe annonciateur de rupture, mais apparaît plutôt comme une faille qui nous permet d’atteindre comme à l’image même. Un calme onirique, intime, une mélancolie empreinte de légèreté absorbe ces fêlures, les comprend dans l’image, sans qu’elles se manifestent comme violence....


Le Petit Palais accueille REZA : « Azerbaïdjan, l'Elégance du feu »

À l'occasion de la sortie de ses deux ouvrages : « L'Elégance du feu » et « Le Massacre des Innocents », REZA s'installe dans la cours du petit Palais pour exposer ses photogrpahies. Il s'agit d'une courte exposition, un événement qui ne dure que jusqu'au 7 décembre. Parisiens ou sim...


« Les yeux tournent autour du soleil » de Medhi Meddaci

Pronfondément attaché à l'espace méditéranéen, théâtre de son histoire familiale, Medhi Meddaci développe un travail vidéo poétique en envoûtant, empruntant au champ de la photogrpahie comme à celui du cinéma. Il s'attache aux notions de cycle, de mémoire, d'identité culturelle...


Arnaud Baumann : « Rires, portraits de Gébé et Roland Topor »

Les rires de Baumann Arnaud Baumann, ce n’est pas un photographe. Arnaud Baumann, c’est beaucoup de photographes. Il y a les Baumann photographes-compositeurs, inventeurs d’univers, créateurs de formes en studio, metteurs en scène de corps en situation, avec des fumées, des projections, des flous, des taches de couleurs incroyables. Et puis il y ...


"Désorienté" d'Anna Puig Rosado

J’aime quand le voyage rude ne m'amène jamais dans ces paysages idéaux faits de sable et de cocotiers assassins. Je pars pour un voyage, souvent transformé en errance, une somme formidable de temps consumé en attente, en rêverie, en transports hasardeux partant en retard et déambulant dans des paysages sinistres avec l’apparence d'&e...


Africa : Big Change Big Chance, CIVA hors les murs

Après sa présentation à la Triennale de Milan de 2014, le CIVA est heureux d’accueillir à Bruxelles, Africa : Big Change Big Chance, une exposition richement illustrée et commentée qui sonde la réalité architecturale et urbanistique d’un continent en mutation. Africa Big Change Big Chance explore les changements et ...



Informations pratiques

Berenice Abbott

À dix-neuf ans Bernice Abbott fuit une enfance malheureuse dans une famille dé...


Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Jusqu'au 29/4/2012

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
The Curse : une exposition bien en règles
Storyteller: The photographs of Duane Michals
Chère Fleur Pellerin...
Downtown Divas : des prostituées chics pour un résultat choc
Diane Ducruet censurée par sa propre galerie !
Balade au Père-Lachaise avec Nathalie Rheims
Interview de Patrick Zachmann : «Nizar quand je l'ai connu, il dormai
Shelly Mosman et son Animal Child : l'art du portrait atemporel

Citation du jours

La photo, c'est un instant saisi, le plus fort, le plus touchant, le plus douloureux.

Chahdortt djavann

Forum

Recherche photographe amateur pour notre mariage

jeune photographe a en devenir cherche proposition d'emploi.

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Vos réactions

Bonjour, je ne comprends pas pourquoi vous accueillis sur votre site c

On ne peu pas mourir a 69 ans, est être né en 1951.

"Malgré une légère baisse de la fréquentation par rapport à 2013

George Georgiou, Dimitri Pilalis, Jonh Stanmeyer... amazing artist pho

bonjour Monsieur, je voudrais savoir si vous il y aura des lots de pho


Actuphoto & Facebook