Nouvelle femme monument de la photo au Jeu de Paume : Berenice Abbott

J'aime
4

Berenice Abbott, Bourse de New York, New York, 1933 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

Sous le commissariat de Gaëlle Morel, l'exposition que le Jeu de Paume consacre à Bérénice Abbott (1898 - 1991) s'ouvre sur le portrait qu'elle réalisa d'Eugène Atget au seuil de la mort ; la photographe en fut en effet une promotrice acharnée aux Etats-Unis.

C'est pourtant à Paris que la carrière de l'américaine commence. Embauchée en 1923 comme assistante de Man Ray dans son studio, elle tire le portrait des artistes d'avant-garde de l'époque. Trois ans plus tard, elle ouvre son propre studio et finit, à force de prendre en photo la bourgeoisie et de la bohème artistique parisienne, et notamment des intellectuels comme Jean Cocteau, par concurrencer son maitre.

Rentrée aux Etats-Unis en 1929 et après une période d'échecs commerciaux pendant laquelle elle continue à promouvoir l'oeuvre d'Atget dont elle a acquis plusieurs milliers d'images, elle décide de documenter le Changing New York  ; une ville en pleine mutation dont elle saisit, avec une modernité graphique et un sens des volumes à la croisée de la Nouvelle Vision et des futurs paysagistes de l'école de Dusseldorf ou des New Topographics, les clivages architecturaux et sociaux. La teneur militante du projet est évidente et évoque parfois Walker Evans, actif à la même époque ; elle fut malheureusement éludée par l'éditeur d'Abbott, qui choisira de transformer le livre en un guide touristique. On retiendra pourtant, parmi la centaine d'images choisies, celle d'un abri de fortune à la forme de cabine de bateau, naviguant au milieu des gratte-ciels New-Yorkais, guidé par ses résidents, galériens de la grande ville.

L'exposition se ferme sur deux séries moins connues de l'artiste ; celle qui, en 1954, la lance sur la Route 1 des Etats-Unis, et lui permet de documenter l'architecture, l'habitat et la population des villes de la côte Est américaine, du Maine à la Floride.  En 1958 enfin, Abbott bascule du côté de la science, et produit des images totalement inattendues, commissionnée à l'époque par le M.I.T. pour promouvoir l'enseignement des sciences dans les ouvrages scolaires ; de ces "Images of Physics" on retient donc des formes en mouvement, des études de trajectoire, des ondes aquatiques produisant des ombres, fixées avec une précision qui fait se toucher rigueur scientifique et et exigence graphique.

 

Ondes aquatiques produisant des ombres, 1946 - 1960  © Berenice Abbott, The New York public Library



Finalement, c'est la grande maitrise technique d'Abbott qui ressort de l'exposition du Jeu de Paume : une maitrise qui lui permet de s'intéresser aux visages, aux villes et aux particules avec la même application et ce sens immédiat de l'échelle qui leur donne sens et interroge, d'un même regard, leur passé et leur futur, leur rôle et leur énergie.

 

Antoine Soubrier, le 20 février 2012.

 

 

___

 

Après Lee Miller, Lisette Model, Claude Cahun, Diane Arbus et avant Eva Besnyö, le Jeu de Paume poursuit son travail de mise en lumière des femmes photographes du xxe siècle. Avec Berenice Abbott, la ville est au cœur de l’exposition : alors que le krach boursier secoue l’Amérique des années 1930, ses images de New York témoignent de sa fascination pour un territoire urbain en pleine mutation. Connue pour avoir révélé l’œuvre d’Eugène Atget, Berenice Abbott, qui voulait se consacrer à la sculpture, se révèle être une grande photographe de la matière, de l’espace et de la lumière.

L’exposition présente le travail de Berenice Abbott, photographe américaine, célèbre notamment pour avoir œuvré à la reconnaissance internationale d’Eugène Atget. Dévoilant, pour la première fois en France, les différentes étapes de sa carrière, cette rétrospective propose plus de 140 photographies, des ouvrages originaux et une série de documents inédits. Passant du portrait à l’architecture puis à la prise de vue scientifique, l’exposition dévoile les multiples facettes de l’œuvre d’Abbott, souvent réduite à quelques images.

Si Berenice Abbott (1898-1991) a pratiqué la photographie tout au long de sa vie, trois périodes distinctes rythment sa carrière. Venue à Paris au début des années 1920, formée par Man Ray avant d’ouvrir son propre studio, elle entame avec succès une carrière de portraitiste. Une série de portraits d’artistes, écrivains et dramaturges français ou américains en exil, révèle les liens de la photographe avec les milieux d’avant-garde artistiques et intellectuels. L’exposition présente également une part importante du projet le plus connu de la photographe, Changing New York (1935-1939), lancé par l’administration américaine dans le contexte de la crise économique qui touche le pays. Conçue à la fois comme une documentation sur New York et une œuvre artistique, cette vaste commande gouvernementale montre les changements de la métropole, en saisissant la structure urbaine et les contrastes entre l’ancien et le moderne. Enfin, au cours des années 1950, Berenice Abbott réalise pour le Massachusetts Institute of Technology (MIT) un corpus d’illustrations sur les principes de la mécanique et de la lumière. Mêlant ambition pédagogique et recherche esthétique, ces images abstraites et expérimentales font écho aux photogrammes des années 1920.

 

Berenice Abbott, Jean Cocteau avec un revolver, 1926 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

 

 

Berenice Abbott, Pont de Triborough, 125e Rue est, New York, 29 juin 1937 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

 

Engagée dès les années 1920 auprès des milieux de l’avant-garde artistique, militant contre le pictorialisme et l’école d’Alfred Stieglitz, Berenice Abbott a consacré toute sa carrière à interroger les notions de photographie documentaire et de réalisme photographique. Montrant la richesse de cette démarche, la rétrospective présentée par le Jeu de Paume permet d’exposer à la fois l’unité et la diversité de sa production photographique.

 

Vignette : Berenice Abbott, Bourse de New York, New York, 1933 © Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.



Mots clés / Tags : abbott, berenice, images, exposition, carri, avant, photographe, ricaine, paume, atget, portrait, garde, poque,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Le mur et la peur, un travail de Gaël Turine

Le mur et la peur Quelle que soit l’appellation – mur, barrière ou clôture –, la construction par un état d’une séparation physique avec un pays voisin démontre l’échec de la diplomatie et de la conciliation, laissant la radicalisation l’emporter. Jamais, depuis le Moyen-Age, autant de murs, barri&...


Doisneau au service de la maladie

Depuis le mois de novembre, le Centre médico-social Robert Doisneau (Paris 18e), qui accueille des personnes en situation de handicap ou de dépendance, expose de façon permanente 80 photographies de l’artiste. Le nom du célèbre photographe est étroitement associé à la vie de ce nouvel établissement, unique...


"Je, tu elles", une exposition sur les féminismes

« Quand on interroge le sens du terme "féminisme" en général, il y a la question des droits des femmes qui se pose tout de suite et sous-tend une approche nécessairement sociologique (disparité et / ou inégalité des revenus par exemple), économique et politique (rôle, condition de la femme). Nous avons voulu creuser ...


Exposition : Les évaporés

Chaque année, quelque 100 000 japonais s’évaporent sans laisser de traces. Débarrassés de leur passé, ils tentent de refaire leur vie en passagers clandestins de l’archipel. Lié à la honte et au déshonneur, le phénomène est au cœur de la culture nippone. À l’occasion de la sortie du livre Les Évaporés du Japon aux Éditions d...


Yang Yongliang, "From the new world"

When watching Yang's photographic works at a distance, they are dreamlike Shanshui calligraphy paintings. On the contrary when looking at them closely, they become shockingly modern city views. The artist perfectly handles the contradictions between ephemeral and solid, sparse and bold, beauty and ugly so as to make the entire picture poetically harmonious, but the details are 'blots on th...


Exposition : Boris Mikhailov

Une exposition sur le très célèbre photographe ukrainien Boris Mikhailov à la galerie Suzanne Tarasieve. © B...


Expositions "Beyond the forest" et "Ramo"

Ramo un travail qui s’intéresse à la mémoire et aux racines, celles de mon arbre familial. Famille d’immigrés Calabrais, du sud de l’Italie. Là, des arbres fruitiers innombrables et immobiles, poussent les uns contre les autres dans un fatras de végétation. Un chaos de branches, que le scalpel de la lumière découpe, épineuses, vieille...


Exposition : Anne de Gelas, l'Amoureuse

L'exposition de la photographe belge Anne de Gelas aura lieu à la galerie Le petit espace. © Anne de Gelas Le tr...



Informations pratiques

Berenice Abbott

À dix-neuf ans Bernice Abbott fuit une enfance malheureuse dans une famille dé...


Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Jusqu'au 29/4/2012

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
Ces photographes qui font du nu
Mais qui es-tu Nicolás Muller ?
Les 12 photos les plus marquantes de l'année 2014 selon Actuphoto
Tuija Lindström : la photographie est un processus magique !
Pas de photo pour les homos ?
Le Petit Palais accueille REZA : « Azerbaïdjan, l'Elégance du feu
Les Indiennes transgenres de Sahar Fadaian : une communauté maudite ?
Dis-moi quel photographe tu es, je te dirai le montant de tes impôts

Citation du jours

Chaque fois que je photographie une femme, j'ai l'impression de faire reculer les frontières de la mort.

Lucien Clergue

Forum

formulaire d'autorisation à l'utilisation de l'image

Photographes de France recherche un(e) photographe scolaire

Mon site www.jjaugustin.com

reportage mariage

Vos réactions

Puis je prendre RDV pour le 30/12 svp ? Merci de me répondre svp

Hassan

Faisons semblant de trouver tout ce qui est laid attrayant... Les r

Je ne pensais pas qu'en 2014, des sites utilisaient encore l'infâme a

Ces photos de Diane Ducruet sont ignobles et volontairement provocatri


Actuphoto & Facebook