« Ces photos qui nous parlent. Une relecture de la mémoire familiale » de Christine Ulivucci : une approche psychologique des photographies de famille

J'aime
+1

L’essai explique ce que l’image peut dégager et interroge sur la manière de photographier. Le livre des éditions Payot, Ces photos qui nous parlent allie philosophie et psychologie : l'auteur explique la présence des photographies, ou leur absence au sein des foyers, les raisons et les modalités de leur conservation, le besoin de les regarder pour renouer avec le passé, ce qu'elles révèlent de l'inconscient familial. Les clichés de famille, les autoportraits, et photos de paysages révèlent une histoire familiale qui sert aussi de thérapie. Christine Ulivucci démontre les liens entre l’image, son rôle de mémoire et son rôle thérapeutique. Elle pose les questions suivantes : pourquoi prenons-nous des photos ? Pourquoi éprouvons-nous le besoin de nous recontacter au passé par leur biais ? Que nous disent-elles de nous, de notre vie, de notre inconscient familial ?

Christine Ulivucci est psychothérapeute. Après des études littéraires et linguistiques à l’université, elle se tourne vers des études de psychologie et d’histoire de l’art pour travailler dans le domaine culturel et artistique. Elle s’engage finalement dans une formation en transgénérationnel et une pratique thérapeutique qui propose une vision globale de l’individu. En 2004, elle fonde l’Atelier de Recherche sur le Transgénérationnel qui offre des ateliers de groupe et une formation en transgénérationnel. Son approche l’amène par ailleurs à utiliser la photographie comme outil thérapeutique et à travailler sur les processus de création artistique.
« L’acte photographique correspond à une recherche, une mise en mouvement physique et psychique. Tel le flâneur décrit par Baudelaire et repris par Walter Benjamin, le photographe se mue en un observateur qui déambule dans les rues, se laissant guider au hasard, ce regard flottant. Il ne cherche pas à posséder le monde, mais bien à se laisser surprendre par lui ».

 

 

 

Le livre, divisé en dix chapitres, décrit le pouvoir de la photographie : son rôle de mémoire, son histoire et identité familiale, sa cartographie familiale et son rôle thérapeutique. Tout en incluant des images de famille ajoutées aux témoignages, Christine Ulivucci résume ce que peut la photographie : gardien d’un temps immuable, insaisissable de l’instant, document du quotidien.

La photographie aide à se remémorer des instants, à visualiser l’empreinte d’un passé toujours présent. Cette question de temporalité est mise en question tout au long de l’essai. « Un singulier entrelacs d’espace et de temps : unique apparition d’un lointain, aussi proche soit-il ». La photographie étonne Roland Barthes comme si elle avait le pouvoir de faire revivre ce qui a été. Elle n’invente pas, elle est l’authentification même. « La photographie est périssable : elle naît comme tout organisme vivant à même les grains d’argent qui germent, s’épanouit puis vieillit ».

 

 

 

 

Vecteur de l’histoire familiale, l’« autobiographie familiale prend forme tel un puzzle dans lequel s’emboiteraient des lambeaux de mémoire (…) passer de main en main, disparaître, réapparaître, rester dans les mémoires, rappeler les personnes et les lieux ». La maison est utilisée comme le théâtre idéal de la représentation familiale par exemple.

Les images permettent de donner une représentation de ce qui reste indicible et puisent des éléments du passé familial pour les réélaborer. La réalité est redessinée. Le lecteur peut apercevoir une photo d’enfants déguisés en anges avec en fond un par cet des escaliers en évocation à la voie céleste. La mise en scène est étudiée, « comme en architecture, il y a la tentation de la belle façade ». D’autres images montrent les « hidden mother » dissimulées derrière un voile pour aider l’enfant à se tenir immobile pendant les longues poses, tout en s’effaçant de la photo.

 

`

 

 

En se photographiant, le sujet aborde aussi la question de l’identité : il s’expose au regard et travaille sur sa propre visibilité. L’identité s’inscrit dans un processus d’actualisation. En fabriquant l’image de soi, le portrait participe à une quête de l’identité. L’acteur joue avec son image et se réaffirme : chacun a sa manière de se présenter. Que laisse-t-on transparaître de soi ?

Grâce au partage immédiat, photographier devient un processus thérapeutique où le sujet prend en compte son environnement, se l’approprie à travers cet acte photographique. Les nouveaux portraits pris avec un téléphone mobile (selfie) permettent de symboliser un vécu, un ressenti. Chacun crée sa propre image pour la partager avant d’être commentée, échangée et validée.

 

 

Photographier aide à recontacter son histoire. Dans un témoignage du livre, Cédric, par exemple, a acheté son appareil photo après la mort de sa mère et l’essai entremêlé de biographies, fait le lien entre vivants et morts. Le travail biographique sur la photo et le récit s’interroge sur le lien entre vécu, parcours et trace visuelle.

 

Ces photos qui nous parlent. Une relecture de la mémoire familiale, Christine Ulivucci

Editions Payot

240 pages

23 x 14 cm

19,50 euros



Mots clés / Tags : familiale, photographie, rapeutique, histoire, image, christine, ulivucci, moire, photos, photo, identit, transg, processus, rationnel, essai,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Bruno Boudjelal : Itinéraire d'un photographe en quête d'identité

Plus que quelques jours pour visiter l'exposition de Bruno Boudjelal : « Détours - Retour » à la galerie du Pont neuf, fruit d'une réflexion sur son identité partagée entre l'Algérie et la France. Expo...


Mais qui es-tu Nicolás Muller ?

Personne ou presque ne connaît Nicolás Muller. Il n'est pourtant pas trop tard pour (re)découvrir ce photographe hongrois. Le château de Tours, avec la collaboration du Jeu de Paume, expose pour la première fois une centaine de ses œuvres. Le témoignage direct d'un artiste sur son siècle, celui des guerres et des dictatures, celu...


Garry Winogrand : talentueux, honnête et authentique

Ecrire une chronique sur la rétrospective de Garry Winogrand au Jeu de Paume : en voilà une tâche ardue ! Une page ne suffirait pas. Son œuvre ne se résume pas. Elle se vit, s'appréhende, se contemple. Elle est aussi encore à découvrir tant l'homme fut prolifique. Lui-même perdait ses bobines. A vrai dire, il ne ...


Promenade dans « Les jardins de Versailles » avec Hervé Ternisien

Vus et photographiés par des millions de touristes chaque année, les jardins de Versailles fascinent, mais la visite est cette fois-ci beaucoup plus originale et plus intime. Hervé Ternisien propose à ses lecteurs une promenade photographique dans les plus beaux jardins de France. Le chef d'oeuvre de l'architecte Le Nôtre révèle ainsi...


Le rêve de Tuija Lindström

Un rêve s'il en fut jamais : voilà le titre de l'exposition de la photographe finlandaise résidant en Suède Tuija Lindström. Présentés à l'Institut Suédois du 14 novembre au 18 janvier, ses clichés sont le fruit d'un travail réalisé entre 1980 et 1987, certains d'entre eux encore in&e...


Interview de Liu Bolin : le caméléon de Chine

Liu Bolin n'est pas un simple caméléon. Son art vient de l'équilibre entre l'invisible et le visible. L'histoire de Liu Bolin commence avec un poing en fer géant de plus deux mètre de hauteur. Un premier exemplaire de Fist, contestation pour dénoncer la décision du gouvernement de détru...


The Curse : une exposition bien en règles

L'exposition de Marianne Rosenstiehl, présentée du 5 novembre au 6 décembre 2014 au Petit Espace, en étonnera plus d'un. The Curse brise le tabou des menstruations et montre le sang périodique sous tous ses aspects : coulant du sexe d'une femme, sous la forme métaphorique d'une rose rouge posée sur un pubis, ou en t&aci...


Eggleston : une exposition en demi-teinte(s)

Inspiré par Henri Cartier-Bresson et plus particulièrement par son livre Images à la sauvette, William Eggleston choisit de montrer les objets et les hommes qui peuplent le Tennessee - son Sud natal - en donnant une importance toute particulière aux voitures, aux stations services, aux supermarchés ou aux diners de bord de route. Non sans rappeler Edward...



Informations pratiques

Comment s'y rendre ?

Editions Payot & Rivages
106, boulevard Saint-Germain
75006 Paris
France

Acheter avec notre partenaire



Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
The Curse : une exposition bien en règles
Storyteller: The photographs of Duane Michals
Chère Fleur Pellerin...
Downtown Divas : des prostituées chics pour un résultat choc
Diane Ducruet censurée par sa propre galerie !
Balade au Père-Lachaise avec Nathalie Rheims
Interview de Patrick Zachmann : «Nizar quand je l'ai connu, il dormai
Shelly Mosman et son Animal Child : l'art du portrait atemporel

Citation du jours

La vraie intelligence de l'être humain, c'est sa capacité d'adaptation. Les hommes se font à tout, y compris au pire.

Sebastião SALGADO

Forum

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Photographe amateur pour mariage au mois fin novembre

Recherche étudiant en photographie pour mon mariage

Vos réactions

"Malgré une légère baisse de la fréquentation par rapport à 2013

George Georgiou, Dimitri Pilalis, Jonh Stanmeyer... amazing artist pho

bonjour Monsieur, je voudrais savoir si vous il y aura des lots de pho

Bonjour Gwendolina, Merci pour votre bel article. J'ai vu avec plai

RIP Lucien


Actuphoto & Facebook