« Ces photos qui nous parlent. Une relecture de la mémoire familiale » de Christine Ulivucci : une approche psychologique des photographies de famille

J'aime
+1

L’essai explique ce que l’image peut dégager et interroge sur la manière de photographier. Le livre des éditions Payot, Ces photos qui nous parlent allie philosophie et psychologie : l'auteur explique la présence des photographies, ou leur absence au sein des foyers, les raisons et les modalités de leur conservation, le besoin de les regarder pour renouer avec le passé, ce qu'elles révèlent de l'inconscient familial. Les clichés de famille, les autoportraits, et photos de paysages révèlent une histoire familiale qui sert aussi de thérapie. Christine Ulivucci démontre les liens entre l’image, son rôle de mémoire et son rôle thérapeutique. Elle pose les questions suivantes : pourquoi prenons-nous des photos ? Pourquoi éprouvons-nous le besoin de nous recontacter au passé par leur biais ? Que nous disent-elles de nous, de notre vie, de notre inconscient familial ?

Christine Ulivucci est psychothérapeute. Après des études littéraires et linguistiques à l’université, elle se tourne vers des études de psychologie et d’histoire de l’art pour travailler dans le domaine culturel et artistique. Elle s’engage finalement dans une formation en transgénérationnel et une pratique thérapeutique qui propose une vision globale de l’individu. En 2004, elle fonde l’Atelier de Recherche sur le Transgénérationnel qui offre des ateliers de groupe et une formation en transgénérationnel. Son approche l’amène par ailleurs à utiliser la photographie comme outil thérapeutique et à travailler sur les processus de création artistique.
« L’acte photographique correspond à une recherche, une mise en mouvement physique et psychique. Tel le flâneur décrit par Baudelaire et repris par Walter Benjamin, le photographe se mue en un observateur qui déambule dans les rues, se laissant guider au hasard, ce regard flottant. Il ne cherche pas à posséder le monde, mais bien à se laisser surprendre par lui ».

 

 

 

Le livre, divisé en dix chapitres, décrit le pouvoir de la photographie : son rôle de mémoire, son histoire et identité familiale, sa cartographie familiale et son rôle thérapeutique. Tout en incluant des images de famille ajoutées aux témoignages, Christine Ulivucci résume ce que peut la photographie : gardien d’un temps immuable, insaisissable de l’instant, document du quotidien.

La photographie aide à se remémorer des instants, à visualiser l’empreinte d’un passé toujours présent. Cette question de temporalité est mise en question tout au long de l’essai. « Un singulier entrelacs d’espace et de temps : unique apparition d’un lointain, aussi proche soit-il ». La photographie étonne Roland Barthes comme si elle avait le pouvoir de faire revivre ce qui a été. Elle n’invente pas, elle est l’authentification même. « La photographie est périssable : elle naît comme tout organisme vivant à même les grains d’argent qui germent, s’épanouit puis vieillit ».

 

 

 

 

Vecteur de l’histoire familiale, l’« autobiographie familiale prend forme tel un puzzle dans lequel s’emboiteraient des lambeaux de mémoire (…) passer de main en main, disparaître, réapparaître, rester dans les mémoires, rappeler les personnes et les lieux ». La maison est utilisée comme le théâtre idéal de la représentation familiale par exemple.

Les images permettent de donner une représentation de ce qui reste indicible et puisent des éléments du passé familial pour les réélaborer. La réalité est redessinée. Le lecteur peut apercevoir une photo d’enfants déguisés en anges avec en fond un par cet des escaliers en évocation à la voie céleste. La mise en scène est étudiée, « comme en architecture, il y a la tentation de la belle façade ». D’autres images montrent les « hidden mother » dissimulées derrière un voile pour aider l’enfant à se tenir immobile pendant les longues poses, tout en s’effaçant de la photo.

 

`

 

 

En se photographiant, le sujet aborde aussi la question de l’identité : il s’expose au regard et travaille sur sa propre visibilité. L’identité s’inscrit dans un processus d’actualisation. En fabriquant l’image de soi, le portrait participe à une quête de l’identité. L’acteur joue avec son image et se réaffirme : chacun a sa manière de se présenter. Que laisse-t-on transparaître de soi ?

Grâce au partage immédiat, photographier devient un processus thérapeutique où le sujet prend en compte son environnement, se l’approprie à travers cet acte photographique. Les nouveaux portraits pris avec un téléphone mobile (selfie) permettent de symboliser un vécu, un ressenti. Chacun crée sa propre image pour la partager avant d’être commentée, échangée et validée.

 

 

Photographier aide à recontacter son histoire. Dans un témoignage du livre, Cédric, par exemple, a acheté son appareil photo après la mort de sa mère et l’essai entremêlé de biographies, fait le lien entre vivants et morts. Le travail biographique sur la photo et le récit s’interroge sur le lien entre vécu, parcours et trace visuelle.

 

Ces photos qui nous parlent. Une relecture de la mémoire familiale, Christine Ulivucci

Editions Payot

240 pages

23 x 14 cm

19,50 euros



Mots clés / Tags : familiale, photographie, rapeutique, histoire, image, christine, ulivucci, moire, photos, photo, identit, transg, processus, rationnel, essai,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Voyage au centre de la Chine avec Bruno Barbey

Actuphoto a eu la chance d'interviewer une figure de Magnum, Bruno Barbey. Alors que l'on célèbre l'anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises, il nous explique son travail sur ce pays qu'il aime tant à travers son livre Chine. « Je connais mieux la Chine que la France » lâche Bruno Barbe...


« Paris Magnum » : la capitale par les plus grands photoreporters

Abbas, Burri, D'Agata, Depardon, Koudelka, Le Querrec, Riboud... qui peut nier que Magnum Photo a de tous temps attiré les plus illustres photographes ? Fondée en 1947 par ceux que l'on considère comme les pères fondateurs du photojournalisme – Henri Cartier-Bresson, Robert Capa, David Seymour, George Rodger –, l'agence a une ...


Boiffard, la science des rêves

L'Histoire ne rend pas toujours à César ce qui appartient à César. Jacques-André Boiffard en est un parfait exemple. Membre fondateur de la revue La Révolution surréaliste, photographe attitré d'André Breton pour Nadja, puis complice de Georges Bataille au sein de la revue Documents, il a signé quelques images pa...


Emmenez-moi dans Le Jardin du Large de Bernard Plossu

Bernard Plossu nous fait prendre le large. Il nous emmène en vacances au bord de l'eau. Il nous transpose dans cet état propice au calme et à la rêverie. Quand tout semble possible et que nos problèmes disparaissent le temps que la marée monte. Le Jardin du Large, publié chez Arnaud Bizalion, est un joli poème. Une invitat...


Les Cadets de Paolo Verzone

Après Seeuropeans, série de portraits d'Européens à la plage, Paolo Verzone continue sa quête de l'identité du Vieux Continent avec Cadets, publié aux éditions de La Martinière, plongée dans l'univers des élèves officiers. Le photographe voit les différents pays du continent comme...


« Transnistrie, un pays qui n'existe pas » de Nicolas Righetti

Qui connait la Transnistrie ? Difficile de se prononcer avant d'avoir lu le nouveau livre de Nicolas Righetti : « Transnistrie, un pays qui n'existe pas », paru aux éditions Favre en cette fin 2014. En fait, s'il n'est pas connu de grand monde, c'est parce que le territoire transnistrien n'est reconnu de personne. Le photograph...


Le Maroc de Sacha

La Galerie Sit Down propose de découvrir une autre facette de la grande photographe de mode Sacha Van Dorssen avec Sensibilité 64 ASA, une compilation de ses clichés pris au Maroc, second berceau de l'artiste. Comme beaucoup de photographes, Sacha Van Dorssen se laisse guider par l'émotion. Le rêve. L'harmonie. La séduction. Voi...


Ruven Afanador publie « Angel Gitano, hommes de Flamenco »

La femme n'a pas sa place dans cet ouvrage, l'homme est seul, avec mille visages et mille formes. Un objet de tous les délires et de tous les fantasmes... Ruven Afanador publie en octobre 2014 «  Angel Gitano, Hommes de Flamenco », aux éditions de la Martinière. L'ouvrage répond et s'oppose à c...



Informations pratiques

Comment s'y rendre ?

Editions Payot & Rivages
106, boulevard Saint-Germain
75006 Paris
France

Acheter avec notre partenaire



Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
Ces photographes qui font du nu
Mais qui es-tu Nicolás Muller ?
Les 12 photos les plus marquantes de l'année 2014 selon Actuphoto
Pas de photo pour les homos ?
Ruven Afanador publie « Angel Gitano, hommes de Flamenco »
« L'Ennemi intérieur » : les viols au sein de l'armée américaine
Les Indiennes transgenres de Sahar Fadaian : une communauté maudite ?
Le Petit Palais accueille REZA : « Azerbaïdjan, l'Elégance du feu

Citation du jours

J'espère rester au chômage en tant que photographe de guerre jusqu'à la fin de ma vie.

Robert Capa

Forum

Recherche patron photographie pour septembre 2014

recherche photographe amateur ou etudiant

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Photographes de France recherche un(e) photographe scolaire

Vos réactions

bonjour pas une seule photo sur l anniversaire de la mort de Mandela

Puis je prendre RDV pour le 30/12 svp ? Merci de me répondre svp

Hassan

Faisons semblant de trouver tout ce qui est laid attrayant... Les r

Je ne pensais pas qu'en 2014, des sites utilisaient encore l'infâme a


Actuphoto & Facebook