« Tôt un dimanche matin : journal de Montréal » : la poésie de Julien Coquentin aux Editions Lamaindonne

J'aime
+1

© Julien Coquentin

« Il faut à mon avis écrire pour plaire à un seul lecteur : soi-même ». Les mots de Nabokov soufflent sur la photographie de Julien Coquentin. Entre avril 2010 et juin 2012, le photographe et urgentiste d'un grand hôpital, tient quotidiennement un journal intime qu’il livre au grand jour avec la publication de Tôt un dimanche matin: Journal de Montréal. Cette reprise du titre d’un tableau d’Edward Hopper résume son approche de Montréal. Les 87 clichés sont autant de témoins de son vécu dans une ville qui s’éveille, un répertoire photographique réalisé pour lui-même, une érrance urbaine offerte à son lecteur.

Julien Coquentin est né en 1976. En 2007, il se passionne pour la photographie. « Il traite aux travers de ses séries des thèmes aussi variés que l’enfance et la mémoire, la ville et le territoire. Il aime conjuguer le mot et l’image, et explore le medium en utilisant toutes les technologies, anciennes et modernes, que l’histoire de la photographie a su générer » dixit son site internet, et ce au service d' «un geste esthetique complexe, portant sur plusieurs saisons, dans une même ville, privilegiant le même temps photographique ( le "petit" matin dominical), n'hesitant pas à croiser toutes les armes que la photographie contemporaine met à sa diposition, et dont il use simultanement sans remords: noir et blanc et couleurs, petit et moyen format, usage traditionl de la potographie de rue européene ou americaine, combiné au langage plus distancié de la "Nouvelle topographie" » selon les mots de Gilles Mora, auteur de sa préface, historien et critique de la photographie.

 

© Julien Coquentin

 

© Julien Coquentin

 

En effet, il est impossible de ne pas voir les fantômes de Meyerowitz, Friedlander ou William Eggleston planer au dessus des clichés de Julien Coquentin. Son demi-portait d'une Galaxie n'est pas sans rappeler celui d'une voiture de l'Etat du bayou enchainée à un pillone en bois. A cet ailleul photographe, il lui doit un certain cadrage mais aussi la photographie couleur comme nouveau vecteur de l’art contemporain. Ainsi qu'une extrême banalité des sujets dans des tonalités justes, soignées, sans extravagances.

A première vue le photographe de Montréal capture la vie de tous les jours, mais il dépasse la simple description et dresse une forme d’inventaire mélancolique chaque « dimanche matin ». Le tout au service de ce que défend deja Eggleston en son temps, la difference entre l’ordinaire et l’insignifiant, pour « Une tentative de photographier démocratiquement en réalisant des milliers de clichés de sujet ordinaire. Ou encore comme une guerre contre l’évidence visant à révéler dans l’ordinaire une beauté inattendue. ». Ils ont en commun cette esthétique du prosaïsme qui pousse le photographe contemporain à s'agenouiler pour prendre un cliché au sol, une flaque d'eau, la jambe d'une passante, une ambulance et quelques reminiscences d'un Lee Friedlander.

 

© Julien Coquentin

 

© Julien Coquentin

 

Au-delà de l’apparence du banal et du quotidien de la ville de Montréal, les 108 pages de son journal sont l'occasion de pointer la mélancolie de personnages saisis dans des situations courantes, et des lieux quelconques, devenant de la sorte œuvres picturales. Gilles Mora explique : « plutot qu'une photographie climatique, une photographie "atmospherique", non pas celle qui fournit aux operateurs de la revue National geographique des images parfaites, d'un exotisme impeccable, dont nous connaissons tous la fatigante qualité. mais plutot l'occasion, surtout à certaines moments de la journée, d'approcher, par touches souvent expressionnistes, une ambiance, une atmosphere, une qualité intrinseques, presque secretes: l'essence d'un lieu urbain, le croisement fascinant, pour tout phototographe, d'un milieu humain avec son environnement consrtuit. »
C'est une nécessité poétique qui gouverne ce tout qui se rejoue à tout moment. Il alterne des photos d’êtres et leurs décors, forme des portraits en creux, transcendancés par l'intimité du dimanche matin, « un jour à mon sens particulier, un silence dans la mesure, une petite mort », explique-t-il.

 

© Julien Coquentin

 

© Julien Coquentin

 

Il capte des moments insaisissables de fragilité qui rendent les figures extrêmement belles, extrêmement humaines dans cette ambivalence entre force de la ville et vulnérabilité de l’être, ou peut être l’inverse. Un jeu permanent qui demande une attention toute particulière, afin de voir l'invisible. Et pour cela, « il convient d'affiner l'oeil, de pourvoir son regard de munitions esthetiques » affirme Gilles Mora.

Sa photo est intuitive, délicate, donnant une place essentielle au mouvement, à la vue quotidienne. Elle est sensuelle avec une perception du monde qui n'est pas définie comme pour ne pas la limiter. Une douceur nostalgique se dégage de ces instants furtifs et la lumière vient les éclairer, appuyer le silence et taire le bruit. Tout s'arrête l'espace d’une seconde, au sein même d'un chaos méterorogique lui rememorant l’hiver de son Aubrac d'enfance.

Il est l'auteur d'une recherche de l'être humain, une poursuite de ses traces dans la ville, un témoin du tourment climatologique et pas seulement. Pour Gilles Mora, Julien Coquentin se fait « musicien de son epoque », sa «vision authentiquement personnelle» divulgue une « subtile poesie urbaine » tô un dimanche matin...

 

© Julien Coquentin

 

© Julien Coquentin

 

 

Tôt un dimanche matin: Journal de Montréal de Julien Coquentin, préface Gilles Mora

Edition Lamaindonne http://www.lamaindonne.fr

108 pages

25 Euros


Laura Kotelnikoff Béart



Mots clés / Tags : coquentin, julien, photographie, ville, matin, gilles, montr, dimanche, journal, photographe, clich, ordinaire,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Cochez la case ci dessous





Articles dans la même rubrique


Muybridge, il était une fois le mouvement

The Human and Animal Locomotion Photographs présente l'oeuvre de l'anglais Eadweard Muybridge pourrait tout aussi bien trouver sa place dans les manuels d'éducation scientifique du siècle dernier. Pionnier de l'observation des mouvements des humains et animaux, ce photographe a marqué l'histoire. L'oeuvre retrace sa vie, son &oel...


« Photos-souvenirs » : quand la mémoire dépasse la réalité

Benoît Grimalt est un jeune photographe français né en 1975. À cheval entre le XXe et le XXIe siècle, il pratique la photographie dans divers domaines, telles que reportages, mode, commandes et travail personnel. Dans son dernier livre, Photos-souvenirs, Grimalt se lance une sorte de défi : reconstituer par le dessin la dernièr...


« Passés par la case prison », sans passer par la case départ

« J'ai fermé le salon de coiffure à 18h et j'ai été prise d'une angoisse incontrôlable. J'ai eu peur qu'il se soit passé quelque chose. Mon fils de dix-sept ans était à la maison quand je suis rentrée, mais il rangeait des affaires au sous-sol. Je suis montée t...


Kin : Pieter Hugo sonde l'âme de l'Afrique du sud

Kin signifie « famille », « intime ». C'est une relation viscérale, organique, entretenue avec ses proches et sa terre natale. C'est aussi une exposition pleine de force réalisée par le photographe sud-africain Pieter Hugo. Elle orne les murs de ...


Christine Turnauer : Une présence dans ses portraits

Christine Turnauer est une chercheuse vagabondant entre les mondes. L'artiste s'intéresse à la fois l'individualité et à la diversité des gens depuis son enfance. Pour elle, ils sont « comme des flocons de neige » , d'ailleurs, son dernier ouvrage PRESENCE commence par une citation de Diane Arbus, légendaire pho...


Alix Cléo Roubaud, un souffle dans la nuit

Elle est nue, au milieu de la pièce, la lumière de la fenêtre vient lui frapper la poitrine et le bout de ses seins. Alix Cléo Roubaud a mis sa vie, son corps et son âme sur papier photo durant quatre années ou presque. 1979-1983. Pour la première fois, la Bibliothèque nationale de France présente au public quelque deux cents pho...


Gabriele Basilico, enfant de la ville

Architecte devenu photographe, Gabriele Basilico est obsédé par la ville. Il essaye de comprendre les hommes à travers l'environnement qu'ils se sont construit. Ce ne sont pas les vicissitudes humaines qui l'intéressent mais leur relation avec l'espace urbain, « milieu le plus complexe que l'homme ait inventé au cours de...


« Tourisme de la désolation » : le guide Michelin de la faucheuse

« Il y a toujours un moment où la curiosité devient un péché, et le diable s'est toujours mis du côté des savants » Anatole France « Tourisme de la désolation &raqu...



Informations pratiques

Julien Coquentin

Julien Coquentin est né en 1976 et se passionne pour la photographie depuis 200...


Comment s'y rendre ?

Editions Lamaindonne

 
France

Acheter avec notre partenaire



Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

La photographe Clémence Veilhan censurée par Facebook
Manifestation du 11 janvier : les photos de Depardon
« Je suis Photoshop »
Photos de nu avec cheeseburger et supplément frites
On a tué Charlie Hebdo
« Tourisme de la désolation » : le guide Michelin de la faucheuse
Le recyclage made in USA
L'album photo des Obama
La liste glaçante de Reporters sans frontières

Citation du jours

J'espère rester au chômage en tant que photographe de guerre jusqu'à la fin de ma vie.

Robert Capa

Forum

recherche eleve photographe pour mariage aout 2015

Recherche Photographe/étudiant pour mariage autour de Salon de Proven

reportage mariage

mariage 23 mai 2015 (64)

Vos réactions

Il paraît que c'est pays de la liberté. La liberté de censure, ou

Le photographe bordelais cité par Monsieur Sturges est Alain Laboile,

Quand vous dites que Google interdit les photos de nus, pourriez vous

Et par ailleurs les mêmes censurent le nu à maintes occasions... Un

Bonjour, vous trouverez la petition à cette adresse web : https://ww


Actuphoto & Facebook