Mois de la Photo 2012 : entretien avec Sophie Elbaz à l'occasion de son exposition au Musée d'art et d'histoire du judaisme

J'aime
+0

Sophie Elbaz

Née à Paris en 1960 de père né en Algérie et de mère française, Sophie Elbaz partira en 1983 aux Etats-Unis étudier à l'international Center of photography de New York dans le programme de photojournalisme.

Jusqu'en 1995, elle couvre des conflits dans le monde entier comme reporter de guerre pour l'agence Sygma. Puis, en 1995, elle part pour Cuba ; pendant 4 ans, elle photographiera Cuba et l'opéra de la Havane.

A l'occasion du Mois de la Photo, elle expose au Musée d'art et d'histoire du judaisme « Géographies intérieures ».

Explications.

 

Il y a-t-il des photographes qui vous ont inspiré ?

J’ai eu une passion pour Robert Franck. J’ai cherché à comprendre sa sensibilité, décortiquer ses cadrages, saisir cette fragilité qui lui donne ce regard décalé sur le monde. J’étais bouleversée par sa poésie. Il y a eu aussi William Klein, Henri Cartier-Bresson, Emmet Gowin, Eugene Richards, Rio Branco , Cristina Garcia Rodero, Diane Arbus, Lisette Model, Avedon, Shoji Ueda, et plus récemment Antoine d’Agatha, Klavdij Sluban ,…

Mais mes premiers maîtres ,très jeune ont été non des photographes mais des réalisateurs Antonioni, Tarkowski Visconti, Renoir, Pasolini, Marker et Dreyer.  Avec le cinéma, je suis tout de suite entrée dans un monde magique. Je suis toujours cinéphile…

Vous avez réalisé plusieurs photoreportages. Puis vous avez changé d'orientation photographique, pouvez-vous m'expliquer pourquoi ?

Je suis passée du « monde autour de soi » à « soi dans le monde ». Je me suis installée à Marseille, au passage du siècle, au bord de la Méditerranée,  et je suis allée dans une île perdue dans l’ouest de l’Atlantique, Cuba.
Il ne s’agissait pas d’un abandon mais de l’évolution de mon engagement humaniste. Il fallait que je me donne la liberté nécessaire pour rejoindre mon imaginaire propre. Je m’étais nourrie de l’expérience des autres mais je n’étais pas dans mon histoire. J’ai donc quitté l’agence (Sygma devenue Corbis) en janvier 1995. Je suis ensuite, à la faveur d’une rencontre, partie pour Cuba avec l’idée de retrouver mes « tripes » et de refaire des images : j’avais l’impression de ne plus savoir, en étant immergée dans la guerre des images, photographier et prendre le temps  de sentir la photo.

Il me fallait retrouver mon âme. Une documentariste m’avait proposé de l’accompagner en tournage à Cuba dans le théâtre Garcia Lorca de La vieille Havane. J’ai pris mon Leica et un 35mn et j’ai plongé, en noir et blanc, dans l’univers de ce grand théâtre. Cet univers m’est devenu un but en soi. J’y suis retournée en 1996, ainsi de suite jusqu’en 2007. Je me suis amarrée à l’île qui devint mon nouveau laboratoire.
Jean-Luc Monterosso, Directeur de la Maison Européenne de la Photographie lors de mon exposition dans ses murs en 2008, L’Envers de Soi, écrira : « Mais rares sont les reporters, qui, dans l’histoire de la photographie, entreprennent un voyage intérieur. Raymond Depardon avait pourtant, dès 1981, dans sa « correspondance new-yorkaise » réalisée pour le journal  Libération, porté le coup de grâce au reportage dit « objectif » que la tradition humaniste avait poussé à ses limites. Nous donnant à voir des « images mentales », il nous rappelait que la seule aventure capable d’être vécue était l’aventure intérieure. C’est dans cette perspective que s’inscrivent les photographies de Sophie Elbaz. Cette forme d’authenticité faite d’osmose impose un style : celui d’une photographe libérée de tout préjugé qui renoue avec ses origines et son passé. »

Parallèlement, à partir du changement de siècle, je développe une technique particulière où se retravaillent ses images par un procédé organique. Ce champ expérimental lui permet la transformation d’images prises au cours de ses voyages et une autre manière de penser la photographie. L’image n’est plus fixée à la prise de vue, mais en devenir. Cette vision poétique dans le champ du rêve nous renvoie à notre mémoire du monde, en références aux origines, aux mythes et à nos archétypes fondateurs.L’évolution de son imaginaire la fait ainsi émerger de manière plus créative dans la sphère artistique. Origines, série Africaine, sera exposée pour la première fois à Bamako en 2003, puis à Paris, Barcelone, Milan, Berne et à la Réunion.

 

 

L'Ile fantastique (tryptique diasec 60x60 cm), Algérie, 2007 © Sophie Elbaz

 


Pouvez-vous m'expliquer le sujet de cette exposition ? Pourquoi ce titre « géographies intérieures » ?

L'année 2012 marque les cinquante ans de l’indépendance de l’Algérie. Le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme a choisi de se joindre aux nombreuses institutions qui souhaitent rappeler, par diverses approches, la date charnière que fut celle de 1962 dans l'histoire française et algérienne. Le MAHJ présente une exposition inédite retraçant les grandes étapes de l'histoire des juifs d'Algérie. C’est dans ce cadre et celui du Mois de la Photo que le MAHJ m’a donné carte blanche pour la création d’une œuvre contemporaine en résonance avec l’Histoire.    

Le titre s’imposa de lui-même: « Géographies intérieures », métaphore de nos ailleurs imaginaires, de nos cheminements et errances…Ici il y a réorganisation de ma carte intérieure à partir du point d’origine, retrouvé.
Lorsque j’évoque les formes successives de ma relation avec mon histoire familiale paternelle et avec la ville de Constantine, je pénètre une marge incertaine : Celle de la mémoire, de l’imaginé et de la confrontation au réel.

L’importance de l’imaginaire dans l’accueil fait aux souvenirs hérités ou recomposés est primordiale. L’embellissement de la mémoire familiale dans le discours du deuil ou dans celui de la rupture caractérise souvent les visions de la deuxième génération.

Je suis née à Paris, à 47 ans, je pars seule en Algérie, en 2007, sur les traces de mes origines paternelles séfarades. J’y réalise alors un premier film à la mémoire de mon grand-père, Jonathan Elbaz, et une série de photographies. D’autres voyagent suivent.

Au cour de cette quête en plusieurs étapes je vais peu à peu me réapproprier ma propre histoire. J’arpente obstinément les lieux d’une histoire réduite au silence,  mais, où la trace des absents, serpente du cimetière juif à la ville ancienne, fière des splendeurs ottomanes, une ville que mon grand-père paternel, Jonathan Elbaz a refusé d’abandonner en 1962. Ainsi s’accumule un matériau mémoriel au fil des voyages qui me plongea dans une expérience étrange : celle d'un dépaysement complet dans un pays si familier.

Aujourd’hui, c’est à partir de la "ré visitation" de ce matériau laissé en « suspend» que se crée une œuvre singulière et poétique dont la scénographie  s’articule entre quatre espaces :

Dans le premier l’installation,  Les choses cachées, pose la question de l’identité et de l’héritage transmis.

Le deuxième, celle du Passage, établie le lien entre les vivants et les morts, les souvenirs et les traces.

Le troisième espace, Qacentina blues, renvoie à l'idéalisation de l'origine retrouvée et reflète une perception totalement projective de la ville de mes ancêtres. Le film, Qacentina y est présenté.

Au terme du parcours, toute la dimension imaginaire s’efface progressivement devant la réalité : le silence des ruines. L’installation interroge l’Algérie d’aujourd’hui quant à « ses mémoires plurielles ».

Le projet s’élabora indépendamment du cahier des charges du Mois de la photo. Puis il passa en commission et répondait à la catégorie Enchantement et désenchantement d’une certaine manière. Les catégories du Mois sont suffisamment ouvertes pour pouvoir être créatif. Il fut validé ayant été au préalablement validé par la commission muséale.

 

 

© Sophie Elbaz

 

 

N'avez-vous pas le sentiment que le public est intrusif, en réalisant une exposition aussi personnelle ?

Je ne comprends pas votre question. Si je prends l’engagement de me dévoiler ainsi par rapport à mon histoire personnelle c’est que j’ai conscientisé ma démarche et donc l’assume pleinement. La création est un acte vivant une fois déposée dans l’espace publique. Elle est offerte en partage. Ma responsabilité d’artiste est alors d’accompagner ce qui est  posé. Le visiteur décide, lui, de se l’approprier, de s’en emparer ou pas, instaurant le dialogue avec l’œuvre.  Je suis au contraire à l’écoute  de toutes ces résonances  et de leurs singularités.

 

 

Propos recueillis par Claire Mayer
 



Mots clés / Tags : histoire, elbaz, monde, images, sophie, imaginaire,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Cochez la case ci dessous





Articles dans la même rubrique


Interview de Jérôme Deya « Il faut lutter contre l'indifférence »

Photographe humanitaire et social, Jérôme Deya a toujours voulu changer le monde à son niveau. Et c'est avec son projet À mon corps dérangeant, qui présente des photos de couples handicapés dans leur intimité, que cet homme désire faire évoluer les mentalités vis-&agr...


Rencontre avec Flore « J'essaye avant tout de communiquer des émotions »

La photographe Flore a grandi en Egypte et commencé la photo dès son plus jeune âge. Son livre Une femme française en Orient, paru en décembre chez Postcart Edizioni,, présente avec émotion et sensibilité un voyage atemporel autour de la Méditerranée. Rencontre avec cette photog...


Interview de Riccardo Venturi «  Ce livre, c'est pour être sûr que personne n'oublie Haïti »

Au cours des années 90, Riccardo Venturi élargit son champ d'intérêt et fait prendre à son travail une orientation plus internationale. Le photographe réalise de nombreux projets incluant des reportages, notamment, sur l'ère communiste en Albanie, les skinhead nazi en Allemagne et le conflit en Somalie. Riccardo Venturi a égale...


Interview d'Anouk Deville : Je suis passionnée par les aspérités des corps

La consensualité. Ce doux mot à l'étymologie latine est absent dans le vocabulaire d'Anouk Deville. Fruit d'un travail introspectif, ses photos sont ancrées dans sa réalité. Elle déclenche quand son coeur le lui dit, sans chercher une quelconque subversion. Une évidence pour celle qui a le mot Shutter* tatou&eacut...


Interview de Stéphanie Renoma : « L'androgynie m'a toujours beaucoup inspirée... »

Stéphanie Renoma est une styliste française. Fille du grand styliste et photographe Maurice Renoma, fondateur de la marque éponyme, elle suit la ligne paternelle : « Si on fait ce métier aujourd'hui, c'est pour mélanger et révéler des parts de soi-même que l'on ne connaît pas. » nous confie-t...


Interview d'Alessandro D'Angelo, le photographe qui murmurait à l'oreille des motards

Alessandro D'Angelo a bravé le froid bavarois pour photographier une réunion de motard mythique : l'Elefantentreffen. Entre bières, gel et vrombissement assourdissant des moteurs, il a tiré le portrait de ces "Mad Max" de la forêt. On a voulu en...


Rencontre avec Christian Berthelot, l'iconographe des naissances

Christian Berthelot photographie les premières secondes de l'existence dans sa série « César », consacrée aux bébés nés par césarienne. Des photos rares, réalistes, controversées. Actuphoto l'a rencontré le jour d...


Rencontre avec Julien Lachaussée « Je n'aime pas du tout les choses normales ! »

À 38 ans, Julien Lachaussée est un photographe qui tente toujours de dépasser les limites. Après un livre consacré aux tatoués (Alive, tattoo portraits), il prépare maintenant un nouveau projet ayant pour thème les rockstars. Son mot d'ordre : le plaisir de la photo avant tout et ta...



Informations pratiques

Sophie Elbaz

Née à Paris en 1960 Expositions personnelles (sélection) 2008 Origines, Où...


Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Interview de Jock Sturges : « L’éternité, c’est un peu mon ambi
« Joyeux enfer » ou les prémices de la pornographie
« A Beautiful Body Project » : les femmes reprennent possession de
Interview de Jen Davis : « Je voulais voir en moi la recherche de la
« Flower Man », les hommes-fleurs de Calcutta
Découverte de « L'inoubliable Marilyn » à la Galerie de l'Instant
Le tatouage raconté en photos
Cindy Crawford enflamme la toile avec une photo sans retouches
Auschwitz, si c'est une photo

Citation du jours

Sentant venir la mort, le photographe a dit entre ses dents: - «attention... ... ... . ne bougeons plus».

Alphonse allais

Forum

Recherche modèle

besoin d'un photographe si possible région Marseille et alentours

Cherche photographe mariage - 27 juin - Valence (26)

Cherche photographe mariage - 27 juin - Valence (26)

Vos réactions

Habitant en Province je n'aurais pas l'occasion de me rendre à cette

Bel article... que j'aurais préféré ne pas voir.

Très bon article ! Riche, agréable à lire et bien construit. On en

Magnifique... qu'elle poésie !

je trouve tes images magnifiques, c'est très interressant, merci d'av


Actuphoto & Facebook