inscrivez-vous Pas encore membre ? Inscrivez-vous | Connexion Connectez-vous

 
Rubrique(s) : Expositions > L'Egypte à vos portes


J'aime
0

L'Egypte à vos portes

g

«Denis Dailleux est le digne photographe de l'Egypte qui vaut d'être aimée. Fragile et menacée, peut-être déja mourante, elle reçoit de son art un écrin d'une rare délicatesse, et surtout d'une grande intensité. Tout y est. Tout ce qui, si humain, si dense et généreux, contraste avec le grand musée parisien ou l'une de nos villes mortes. (...) Tout ce qui, soudain, fait chavirer d'émotion, trouver beaux les paysages, les rues et les passants que l'on croise. Tout ce qui fait aimer encore l'Egypte

Alain Blottière

Avec Egypte, claire et obscure, Denis Dailleux nous entraine à travers les dédales des ruelles du Caire, dans le quartier historique des palais et des mosquées aujourd’hui habité par une population modeste. Du désir impérieux de saisir la vie au hasard des croisements et des regards, Denis Dailleux nous fait découvrir l’effervescence de la rue et nous fait glisser dans les coulisses des scènes mythiques et quotidiennes que sont les cafés cairotes. S’y dévoilent des visages, portraits sublimes d’hommes simples, mis en scène dans des tableaux vivants.

 

 

 

©Denis Dailleux.

 

 

La photo montre un peuple mélancolique et joueur dont la douceur résonne à travers les murs d’une ville habitée par les pratiques et la ferveur religieuse musulmane et copte. La dramaturgie des scènes extérieures, du monde de la rue, des fêtes et des cafés se prolonge dans l’obscurité rafraichissante des maisons, espaces intérieurs et intimes.

Le temps des déambulations s’arrête aux jours d’insurrection qui faucheront, dans la fleur de l’âge, des jeunes gens en révolte. De cela aussi, Denis Dailleux s’est voulu le témoin et a souhaité leur rendre un hommage pudique.

 

 

 ©Denis Dailleux.

 

 


Il y a des séries photographies dont le regard ne se lasse pas - pour leurs ambiances, leurs douceurs et le monde qu’elles évoquent. Les séries égyptiennes du photographe Denis Dailleux font parti de celle là. Nous entrons ainsi dans son univers : une vision intime de l’Egypte. Un travail en marge du temps où seule l’alchimie des rencontres créé le sujet.

L'artiste réalise les portraits des gens qu'il rencontre et avec lesquels il entend poursuivre des échanges en écoutant le récit de leur vie, puis engage ce qu'il appelle un "partage photographique". Chacun de ces portraits est le fruit d'une histoire particulière que le photographe a nouée avec les personnes représentées et dont certaines font, à présent, partie de son univers proche.

 

 

 ©Denis Dailleux.

 



Dans un dépouillement volontaire de l'image, ces portraits sont souvent frontaux, réalisés au 6x6, avec un temps d'approche et de pose suffisant pour que l'auteur se concentre sur le regard : "là où le don peut se faire", selon ses mots. Parfois, les figures semblent habiter totalement l'image, d'autres fois, elles sont présentées dans des espaces choisis qui peuvent être leurs lieux d'habitation, de travail ou de passage.

Denis Dailleux réalise de plus en plus de vues d'ensemble : des images de familles, des photographies de rue. Lumières, couleurs, cadrages traduisent des ambiances et des détails qui témoignent de la vie réelle égyptienne. Tout en affichant un certain classicisme formel, l'auteur nous propose un portrait inédit de cette ville du Caire, sans désir d'établir des thèses socio-politiques ou ethnographiques. Denis Dailleux souhaite rendre compte de l'existence des "petites gens", d'un monde précaire et démuni, souvent exclu, voire interdit, des représentations officielles et de l'imagerie touristique.

 

 

 ©Denis Dailleux.



   Réagissez à cet article


Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire




Code de validation






Mots clés / Tags : denis, dailleux, portraits, egypte, monde, temps, caire, photographe, leurs, univers, alise, travail,

Partager:

Permalien :


  Articles dans la même rubrique
  « Death is Your Body » at the Frankfurter Kunstverein

« Imagine that your body is dying...Imagine how someone is closing your eyelids, » begins the meditation on death in Hannah Hurtzig’s videodyptich « Das Milieu der Toten » (The Milieu of the Dead) (2013). Towards the end of their lives people are forced to face the limitations of their bodies. However, for many people a personal confro...

    Lire la suite



  L’Espace Photographique Arthur Batut propose une exposition de Daniel Ballesteros et Kevin Martini-Fuller, ainsi que des stages

L’espace présente « les Cowboy Poètes et la Poétique » de Kevin Martini Fuller pour le 7eme festival « A Ciel Ouvert ». Kevin Martini-Fuller assiste et photographie les rencontres de « Cowboy Poets » de Elko Nevada depuis son commencement, il y a 30 ans. Les portraits des poètes “cowboy” et “cowg...

    Lire la suite



  Le Printemps Photographique de Nîmes : « La mer qu'on voit danser », du 24 avril au 31 juillet

PRINTEMPS PHOTOGRAPHIQUE 2014 LA MER, QU’ON VOIT DANSER… : six expositions et deux films.
 

Abdelghani BIBT–Récits de vie
(courts-métrages, 2013)
Les courts-métrages de Abdelghani Bibt seront diffusés en amont de Mare Mater film de Patrick Zachmann le jeudi 24 avr...

    Lire la suite



  Prix HSBC pour la Photographie : L’itinérance 2014 débute à Lille

Le Prix HSBC pour la Photographie a le plaisir de s’associer pour la 4ème fois à la Maison de la Photographie de Lille pour présenter les œuvres de Delphine Burtin et Akiko Takizawa, lauréates 2014 choisies parmi les 10 nominés proposés par Simon Baker, conseiller artistique.

Delphine BURTIN – née en 1974, vit et travaille à Lausa...

    Lire la suite



  Beatrix von Conta à la Galerie Le Réverbère

Les images prolifèrent aujourd’hui à une vitesse inouïe sur des supports sans cesse nouveaux. La photographie, pourtant, reste une énigme. Inlassablement et avec bonheur, je reviens vers sa simplicité trompeuse, sa mince surface silencieuse et l’évidence de sa complexité. Regarder le paysage me demande du temps. Sous quelle forme re-présenter autrement ce qui s&rs...

    Lire la suite



  « Doux-amer » : l'exposition de Michel vanden Eeckhoudt de l'agence VU' à Mérignac (Gironde)

Membre historique de l'Agence VU', Michel vanden Eeckhoudt construit depuis plus de 30 ans des photographies pures, élégantes, marquées par un humour constant qui lui permet d’adop- ter une distance juste et amusée à ce qui se déroule devant ses yeux. S’il provoque souvent un sourire, il suscite rapidement, derrière cette première réaction, une série d...

    Lire la suite



  la Galerie Pascal Gabert présente Marc Ferroud, Jonathan Spitzer et Marc Le Mené



Le métal de la sculpture, des armes et l’argentique de la photographie se retrouvent dans un accrochage commun des œuvres de Marc Ferroud, sculpteur, Jonathan Spitzer peintre et Marc Le Mené photographe à la galerie Pascal Gabert. Cette confrontation inattendue n’est pas aussi violente que la réalité qui nous assaille, el...

    Lire la suite



  « Territoires sensibles » d'Emmanuel Madec à l'Artothèque-Galerie Pierre Tal Coat


A travers trois séries photographiques, Emmanuel Madec explore le seuil entre sphère personnelle et sphère collective
avec comme point d'ancrage la question des territoires géographiques, psychologiques et intimes.

 

Séries photographiques exposées :

Greetings from Lebano...

    Lire la suite



 

INFORMATIONS PRATIQUES

Denis Dailleux

Comment s'y rendre ?

Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
20 rue Mirès BP 90098
13303 Marseille
France


Localisation

Jusqu'au 22/12/2012

Statut : Expositions terminé







Suivre

 




Les femmes ont une sensibilité différente de la chair.
Helmut newton   














     Inscrivez-vous


     Dès maintenant et restez informé
     de toute l'actualité photo !