Le Canal à l'honneur à l'Espace Contretype

J'aime
0

extrait de la série Canal, Résidence d’artiste à Bruxelles-Contretype, 2011 © André Cepeda

« Avant d’entrer dans le vif du sujet, permettez-moi de faire deux remarques: ce projet, réalisé avec André Cepeda, est le résultat d’une résidence d’artiste à Bruxelles à l’invitation de l’Espace Photographique Contretype. Vous le comprendrez aisément, parler au nom des deux artistes est une tâche ingrate, d’autant plus qu’il s’agit de retracer un processus de travail qui a débuté en avril 2011. Lorsque nous avons décidé de centrer notre travail sur le canal de Bruxelles, nous avons été confrontés à une réalité tellement riche et complexe en termes d’approches possibles que nous avons de suite réalisé que les hésitations, les reculs et les décisions prises entre-temps faisaient partie d’un contexte lui-même glissant et flottant.

Durant les premières journées, notre travail a été de parcourir toute l’étendue du Canal à Bruxelles. Nous sommes partis de Verbrande-Brug, au nord de la ville, une espèce de lieu mythique qui n’existe plus. Nous y avons rencontré Little Jimmy, un homme de l’âge d’or du rock’n’roll et nous avons conversé avec un personnage qui se présente comme «le dernier capitaine du port». Le progrès a fait irruption dans ces parages et tous ceux qui y vivent seront bientôt obligés de partir, nous a-t-il expliqué: «il n’y a plus de place pour nous, pour le rêve, pour la poésie»… Nous avons passé un certain temps dans le quartier où l’on se consacre à la vente de voitures –et à tout un tas d’autres trafics que l’on devine–, et nous sommes allés jusqu’à la mer du Nord. Plus au sud, nous sommes entrés en voiture dans la ville de Charleroi au son des guitares nues et mélancoliques de Neil Young et Earth; nous avons erré pendant un moment dans les rues de la ville. Cette expérience nous a fait nous souvenir d’un autre voyage que nous avons fait ensemble, au sud des États-Unis d’Amérique, tout au long du fleuve Mississipi; ça nous a rappelé la présence de la musique dans le paysage, au cœur des lieux et chez les gens. Aussi, un étrange sentiment s’est emparé de nous: certains endroits en Belgique ressemblent, en quelque sorte, aux États-Unis …

Le canal est, comme on dit ici, une frontière invisible qui traverse et divise la ville de Bruxelles. Il s’agit d’un extraordinaire terrain d’étude et d’expérimentation où les atmosphères et les paysages se métamorphosent en créant des strates de signification dont la matrice s’avère indéchiffrable. Avant même d’avoir séjourné ici, j’imaginais déjà un paysage construit et manipulé, constitué de beaucoup de niveaux de sens. Au moment précis où je rédige ces lignes, une vaste intervention a lieu tout le long de ce dispositif. Or, ce type de structure produit une énergie propre, un réseau qui altère complètement le paysage. Un double paysage artificiel, où le nivellement, la construction et l’intervention urbanistique environnante engendrent un paysage moderne, froid et pragmatique: une énergie que l’on ne saurait ignorer. D’une certaine façon, nous avons créé nos propres attentes, idées et visions, si bien que nous désirions sentir intensément le passage du temps au sein d’une structure de cette dimension: le mouvement, la vitesse, le rythme, la répétition. Toutes ces occurrences qui nous éloignent de plus en plus de la nature. Avec le temps, les premières images ont surgi. Une des photographies d’André a attiré mon attention et je peux même affirmer qu’elle a changé la direction de notre travail. Dans cette image-là, on voit unlivre ouvert sur une table en bois. Lorsqu’on observe plus attentivement, on se rend compte qu’une carte est imprimée sur les pages du livre; puis, un regard plus aigu nous révèle qu’il s’agit d’une carte de la ville de Bruxelles. Dans la partie inférieure de l’image, il est possible d’identifier la texture du sol; sur la table, on voit également une tasse de café vide et, sur le coin supérieur gauche, on distingue un autre livre, sans doute une encyclopédie.


Technique mixte sur papier, extrait de la série “Canal”, Résidence d’artiste à Bruxelles-Contretype, 2011 © Eduardo Matos

 


Bien que représentant des objets concrets, cette image recèle un degré d’abstraction qui a fini par nous confronter à une évidence nue et crue: ce que certaines images ne disent pas sur elles-mêmes s’avère peut-être plus décisif que ce que l’on est supposé voir en surface. Nous savons que ce projet omet toute une infinité de choses que nous n’avons pas remarquées, dont nous ne nous sommes pas rendu compte, ou auxquelles nous n’avons simplement pas accordé d’importance. Cependant, ce regard détourné peut déterminer, comme dans la vie, un recentrage sur ce qu’il convient de rendre plus intense. Pour cette exposition, nous avons donc imaginé un lieu où les images et les objets, le son, la vidéo et la performance produisent un temps narratif capable de valoriser cette attente ». Eduardo Matos

 

© Espace Photographique Contretype



Mots clés / Tags : bruxelles, paysage, ville, temps, sommes, canal, travail, image, images, contretype,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Born to be Rock à la Black Gallery

A l’occasion du mois de la photographie en novembre prochain, The Black Gallery présente une exposition collective inspirée par les icones du Rock’n’Roll. De la naissance du style dans les années 50 à la fragmentation du genre, l’exposition retrace l’histoire de ce mouvement sulfureux à travers ses leaders : Keith Richards, BB King, ...


Horst: Photographer of Style

Horst P. Horst (1906-99) created images that transcend fashion and time. He was a master of light, composition and atmospheric illusion, who conjured a world of sensual sophistication. In an extraordinary sixty-year career, his photographs graced the pages of Vogue and House and Garden under the one-word photographic byline ‘Horst’. He ranks alongside Irving Penn and Richard Avedon as ...


Arktikugol de Léo Delafontaine

Imaginez des mineurs ukrainiens. Faites-les travailler dans une concession minière russe, elle-même enclavée dans un territoire norvégien situé dans l’Arctique, et vous aurez Barentsburg, une ville-entreprise de 440 habitants sans autre raison d’existence que les intérêts géopolitiques de l’URSS puis de la Russie. ...


Never Never Land | Group Exhibition

Where activism is curtailed, censorship is widespread and overt social critique is frowned upon, the rebellion inherent in humour is particularly valuable and powerful. Never Never Land features short films, animations, photographs and installations from Abdullah Al Mutairi, Arwa Al Neami, Monira Al Qadiri, Foundland, Hasan Hujairi and Ahmed Mater. The exhibition, curated by Amal Kh...


Captain Linnaeus Tripe: Photographer of India and Burma, 1852–1860

Captain Linnaeus Tripe (1822–1902) occupies a special place in the history of 19th-century photography for the outstanding body of work he produced in India and Burma (now the republic of Myanmar) between 1854 and 1860. Although he learned photography in Great Britain from amateurs who considered it a pastime, he recognized that it could be an effective tool for conveying information about u...


A Subtle Beauty: Platinum Photographs from the Collection

Revered for its permanence and subtle beauty, the platinum print played an important role in establishing photography as a fine art during the late nineteenth and early twentieth centuries. Composed of platinum metal embedded in the uppermost fibers of the paper, platinum photographs are characterized by luminous, textured surfaces that vary from a velvety matte to a lustrous sheen. The photograph...


Photo Trouvées, les ancêtres d'Instagram

Photo Trouvées ou ce qui se fait de mieux en photographie anonyme. Leurs auteurs étaient même les premiers instagramers. Dans le cadre du Mois de La Photo 2014 et de son thème « Anonymes et amateurs célèbres », la Maison de la Photographie Robert Doisneau présente du 24 Octobre 2014 au 25 Janvier 2015...


Angkor, lancement du deuxieme volet de l'exposition d'Antoine d'Agata

Angkor, 23 Juin 2014. Nuit… La methamphétamine apaise la peur. Je parcours les rues et photographie les filles qui arpentent les berges du Tonle Sap, prisonnières de l’obscurité, forcées d’accepter de bonne grâce leur rôle d’esclave, la nécessité de leur soumission et docilité envers les hommes. ...



Informations pratiques

André Cepeda

André Cepeda (né en 1976) a reçu, depuis 1999, de nombreuses commandes d...

Eduardo Matos


Comment s'y rendre ?

Espace Photographique Contretype
Contretype - 4A, Cité Fontainas - B-1060
 Bruxelles
Belgique


Jusqu'au 4/3/2012

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
The Curse : une exposition bien en règles
Storyteller: The photographs of Duane Michals
Chère Fleur Pellerin...
Downtown Divas : des prostituées chics pour un résultat choc
Diane Ducruet censurée par sa propre galerie !
Balade au Père-Lachaise avec Nathalie Rheims
Interview de Patrick Zachmann : «Nizar quand je l'ai connu, il dormai
Shelly Mosman et son Animal Child : l'art du portrait atemporel

Citation du jours

Une photographie, c'est un fragment de temps qui ne reviendra pas.

Martine Franck

Forum

jeune photographe a en devenir cherche proposition d'emploi.

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Photographe amateur pour mariage au mois fin novembre

Vos réactions

On ne peu pas mourir a 69 ans, est être né en 1951.

"Malgré une légère baisse de la fréquentation par rapport à 2013

George Georgiou, Dimitri Pilalis, Jonh Stanmeyer... amazing artist pho

bonjour Monsieur, je voudrais savoir si vous il y aura des lots de pho

Bonjour Gwendolina, Merci pour votre bel article. J'ai vu avec plai


Actuphoto & Facebook