L'atmosphère de Denis Darzacq à la Galerie VU'

J'aime
4

© Denis Darzacq, Galerie VU', Joanne Haines

Les fêtes de Noël approchent, entraînant dans leurs sillages le moment fatidique des cadeaux. Mais que faire lorsque l'idée n'est pas au rendez-vous ? La rédaction d'Actuphoto a choisit pour vous le cadeau idéal et original ; l'exposition de Denis Darzacq à la Galerie VU'. L'artiste nous propose de vivre un moment poétique grâce aux séries Act et Recomposition I & Recomposition II visibles jusqu'au 7 janvier (http://actuphoto.com/20077-la-galerie-vu-accueille-les-travaux-de-denis-darzacq.html).

Dans la lumineuse galerie, le travail de Darzacq apparaît au premier abord comme une réflexion sur le mouvement. La série Act se base sur une étude de trois ans dans différents pays européens. C'est le résultat d'un long travail où le photographe a appris à connaître ses sujets. Denis Darzacq met en avant des corps qui tombent, s'étreignent ou agissent. Petit à petit, on distingue que les sujets sont handicapés. Mais cette réalité n'est pas frappante, c'est là que réside toute sa sensibilité. On sait qu'il a notamment travaillé avec l'équipe handisport de basketball de la ville de Paris mais aussi d'autres groupes.

 

© Anna ACQUISTAPACE

 

C'est une atmosphère. En quelques mots, la galeriste nous résume l'approche du photographe dans cette série ; «  Pour lui, l'atmosphère dans laquelle se trouve le sujet photographié est une chose très importante. » On en doute pas une seconde. Les décors sont atypiques, comme ce jeune couple allongé, main dans la main, sur le tapis d'une mairie. Ils sont aussi très naturels, avec des plans en extérieur, comme le cliché de ce jeune homme, Adrien Kempa, se baladant en forêt (Act 29).

 

© Denis Darzacq, Galerie VU', Adrien Kempa

 

Denis Darzacq semble avoir travaillé sur la dignité. Au vu du sujet, on aurait pu imaginer un parti pris violent et dénonciateur, mais il n'en est rien. Le photographe dévoile avec douceur une part de l'intimité de ces corps que l'on devine bancales et « imparfaits ». Mais qu'est-ce que l'imperfection par rapport à la beauté ? Car ce sont réellement des images d'une beauté époustouflante. Les protagonistes semblent vouloir dire « action ! » dans l'incarnation de leurs propres vies. On pourrait croire à des danseurs, tant l'expression des corps prend vie sous l'objectif du photographe.

 

© Denis Darzacq, Galerie VU', Alex Scholefield

 

On notera une certaine pointe de « choc » sur quelques photos de cette série Act. On pense à ce jeune trisomique placé dans une posture inhabituelle sur un canapé en cuir. L'émotion est vive, mais acceptable puisque diluée par le regard tendre du photographe. On pense à Diane Arbus, parallèle étonnant dans l'agenda des évènements photographiques parisiens de cet automne. C'est avec poésie et vérité que Darzacq met en avant ces « minorités ».

 

© Mathieu Steyer

 

Dans les séries Recomposition I & Recomposition II, le photographe change de registre et pose un regard critique sur la consommation, dans la continuation de sa fameuse série Hyper. A partir de montages réalisés en atelier avec des chaises Ikéa, des cartons, et autres éléments plastiques, les photos sont loufoques et délicieuses. L'étrangeté cède à la curiosité ; « Mais comment a-t-il fait ce cliché ? » est la question que l'on se pose lorsqu'on parcourt cette série. Ces images apportent un peu d'humour et de fraîcheur, non sans interroger sur l'autonomie relative des fragments d'objets présentés.

 

© Denis Darzacq, Galerie VU'

 

© Mathieu Steyer

 

Grâce au travail de Denis Darzacq, c'est une belle parenthèse que nous propose la Galerie Vu. Des clichés touchants et regorgeant de liberté, des montages dérangeants et étranges, le tout dans un lieu chaleureux et lumineux.

 

Lise Ménalque, mercredi 7 décembre 2011.



Mots clés / Tags : darzacq, denis, galerie, photographe, recomposition, travail, corps, jeune, clich, sujets, avant, petit, sujet, regard, pense, photos,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Brenda Bancel: Finding the sacred on the sacred river

Brenda Bancel followed her dream of going to the Hindu spiritual festival in Varanasi India by attending a workshop with award winning photographer John Stanmeyer. Upon arrival, it was completely different than what she had imagined. Blocked by images of dead bodies and cremations, she struggled to find where her camera wanted to focus. After three days, she fell in love. She found what was...


Les photographes amateurs et la guerre 14-18

Alors que la photographie amateur connaît au début du XXème siècle un essor sans précédent, nombre de soldats emportent dans leur bagage des petits appareils portatifs qui vont permettre d'enregistrer leur quotidien durant le conflit. L'exposition " Regard d'un industriel elbeuvien sur la Grande Guerre, photographies de Fréd&e...


Exposition 27.11 à la Backslash Gallery

Retrouvez le travail du photographe turc Sergen Sehitoglu à la Backslash Gallery du 27 novembre 2014 au 17 janvier 2015. Depuis son ouverture, Backslash promeut la création contemporaine avec une implication sans cesse renouvelée et sa programmation s'est enrichie au fil des années à travers des rencontres et des coups de coeur. A l'...


Colin Delfosse : « Les Amazones du PKK »

J’appréhende la photographie comme un instrument. Non seulement comme instrument de contact social, mais également comme outil de communication interpersonnelle, permettant de témoigner et de susciter le débat. Licencié en communication appliquée, Colin Delfosse exerce la profession de photojournaliste depuis 2007. Dès ...


Not my language : an exhibition by Wu Tsang

Wu Tsang (b. 1982) is an artist, performer, and filmmaker based in Los Angeles. His multimedia-oriented oeuvre focuses on narratives that construct identity and the self in relation to others. In particular, Tsang is interested in the socio-political dimensions of communities and is also significantly inspired by his involvement with queer, trans, and immigrant communities in Los Angeles. Evoking ...


La collection, Acte II

A vos marques, prêts, collectionnez ! Dans moins d'un mois, vous pourrez découvrir la prochaine exposition du Centre d'art et photographie de Lectoure : La collection, acte II. A vos marques, prêts, collectionnez ! En 2012, une exposition s’intitulant «La collection, acte I: une autre histoire&raq...


Bloomberg New Contemporaries 2014

The ICA welcomes back Bloomberg New Contemporaries to its galleries for the fifth year running. Marking its 65th anniversary, selectors Marvin Gaye Chetwynd, Enrico David and Goshka Macuga have chosen works by 55 of the most promising artists emerging from UK art schools from 1,400 submissions. The resulting exhibition is an incisive snapshot of contemporary practice, spanning diverse media, proce...


Two Lives for Photography

KUNST HAUS WIEN, in cooperation with Haus der Photographie at Deichtorhallen Hamburg, is devoting a comprehensive retrospective to an exceptional American couple, the photographers Lillian Bassman (1917–2012) and Paul Himmel (1914–2009). In this exhibition (from 16 October 2014 to 8 February 2015), two lives are united in an extraordinary artistic symbiosis. ...



Informations pratiques

Denis Darzacq

Français. Né en 1961 à Paris. Vit à Paris Diplômé de l'Ecole Nationale Su...


Comment s'y rendre ?

Galerie VU'
58, rue Saint-Lazare
75009 Paris
France


Jusqu'au 21/1/2012

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

The Curse : une exposition bien en règles
Storyteller: The photographs of Duane Michals
Chère Fleur Pellerin...
Downtown Divas : des prostituées chics pour un résultat choc
Diane Ducruet censurée par sa propre galerie !
Balade au Père-Lachaise avec Nathalie Rheims
Shelly Mosman et son Animal Child : l'art du portrait atemporel
Interview de Patrick Zachmann : «Nizar quand je l'ai connu, il dormai
« ALEX FROM TARGET » : la photo que vous n'oublierez jamais (même s

Citation du jours

A mon avis, vous ne pouvez pas dire que vous avez vu quelque chose à fond si vous n'en avez pas pris une photographie.

Emile zola

Forum

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Photographe amateur pour mariage au mois fin novembre

Recherche étudiant en photographie pour mon mariage

cherche etudiant photographie pour mariage

Vos réactions

Bonjour Gwendolina, Merci pour votre bel article. J'ai vu avec plai

RIP Lucien

J'ai découvert aux Rencontres internationales de photos d'Arles ce re

Pour en savoir plus de Paolo Pellegrin (en anglais): http://fotografia

combien le prix


Actuphoto & Facebook