Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs

J'aime
0

© Actuphoto

Première grande rétrospective consacrée à la photographe américaine Jane Evelyn Atwood, l’exposition rend compte de trente-cinq ans de travail, des prostituées de la rue des Lombards aux rues de Port au Prince. Organisés autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti) et d’une vingtaine de photographies inédites sur différents sujets, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

 

Pour voir le reportage Actuphoto à la MEP : http://www.dailymotion.com/video/xjrwbb_l-ete-2011-de-la-maison-europenne-de-la-photographie-jane-evelyn-atwood-xavier-lambours-de-l-air_creation

 

Née à New York et vivant à Paris depuis 1971, Jane Evelyn Atwood fait l’acquisition de son premier appareil photo en 1975 et commence à photographier un groupe de prostituées à Paris. C’est en partie la force de ces images qui lui valut d’obtenir la première bourse de la Fondation W. Eugene Smith en 1980 pour un autre sujet qu’elle venait d’aborder : les enfants aveugles. Elle n’avait encore jamais publié de photo.
Au cours des années suivantes, Jane Evelyn Atwood réalise plusieurs séries choisies avec soin, parmi lesquelles un reportage de dix-huit mois sur un régiment de la Légion étrangère où elle suit les soldats de Beyrouth au Tchad ; une chronique de quatre mois et demi sur le premier malade du sida en France, qu’elle accompagne jusqu’à sa mort ; et une étude de quatre ans sur les victimes de mines antipersonnels qui la conduit du Cambodge en Angola,en passant par le Kosovo, le Mozambique et l’Afghanistan, toujours avec le même regard personnel et engagé.
En 1989, elle entreprend de photographier les femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Il a fait l’objet d’un livre publié en anglais et en français et continue d’être exposé dans le monde entier.
Les femmes sont à nouveau au coeur des préoccupations de la photographe dans un projet intitulé A contre-coups, conçu et réalisé en collaboration avec Annette Lucas. Quinze portraits écrits et photographiques livrent le récit de violences faites aux femmes, refusant le misérabilisme, ces portraits témoignent avec force du courage et du sentiment de liberté que ces femmes ont su reconquérir.

En 2005, Jane Evelyn Atwood se rend à Haïti, sa vision rompt radicalement avec l’imagerie que l’actualité impose régulièrement pour évoquer ce pays. Fascinée par ses habitants, la photographe choisit d’utiliser la couleur, avec ses ombres et ses contrastes, pour témoigner de la dignité et des espoirs d’un peuple qui ne se résout pas à la fatalité.

Les Gonaïves, Haïti, 2005 © Jane Evelyn Atwood


L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité avec ses sujets, tissée au fil des années. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer. Elle se consacre entièrement aux sujets qui la mobilisent, donnant à chacun le temps nécessaire - parfois plusieurs années - pour le sonder au-delà des apparences.

Si cette exploration, en profondeur, caractérise sa démarche photographique, elle a néanmoins couvert ponctuellement des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 et la Convention démocrate de 2004.
Jane Evelyn Atwood qualifie sa méthode d’ “obsessionnelle”. Elle ne passe à un autre sujet que lorsqu’elle a le sentiment d’avoir pleinement compris celui qui l’absorbait et sa relation personnelle avec lui, jusqu’à ce que ses images traduisent cette empathie.
«A travers ses choix personnels, Atwood va toujours, semble-t-il, vers la difficulté, comme un défi, se plaçant souvent, au regarde des autres, de nous, spectateurs, à la frontière de l’interdit. Les prostituées de la rue des Lombards, un asile de vieillards, les légionnaires, un malade du sida, la pauvreté, les femmes en prison... toujours une histoire d’enfermement et de frontière, de gens à part et, à chaque fois, la photographe s’immerge dans son sujet, s’y engage corps et âme, à ses risques et périls, avec un désir de témoigner ou de changer certaines idées reçues sur ces mondes clos et les drames qu’elle rencontre en révélant à la fois la beauté et la cruauté, la mélancolie et l’ambiguïté ».

Eduardo Manet, in Extérieur Nuit, Collection Photo Poche Société, Ed. Actes Sud, 1998.

Vignette : Jane Evelyn Atwood  © Actuphoto



Mots clés / Tags : atwood, evelyn, femmes, photographe, prostitu, photo, toujours, sujets, sujet,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Cochez la case ci dessous





Les réactions & commentaires

Les fautes d'orthographe sont-elles vraiment indispensables (ou inévitables) ?

   cb | Signaler un abus 2011-17-08 9:59:41


Articles dans la même rubrique


Exposition : Formen des mikroksmos

"The images of this publication were realized on 9 x 21 cm plates. A folding camera was put in front of a microscope. All specimen were commercially available; some are individually fabricated."  &...


Exposition : Shanghai dreamers

Shi Xiaofan, ou Quentin Shih, est né et a grandi à Tianjin, une ville de la Chine rurale caractérisée par ses usines et ses rues vides. Pour le projet Dior, il est allé à Paris photographier les mannequins du défilé haute couture de l’hiver 2008. Fidèle à son style qui a fait de lui un artiste adulé par les mé...


Exposition : Soul rebel

Une exposition au plus près de la légende du reggae Bob Marley © David Burnett ...


Exposition : Il était (X) fois

Lisa Sartorio fait partie de ces artistes qui s’intéressent à la condition post-photographique en posant un regard critique sur la présence massive des images et leur disponibilité absolue dans la culture visuelle d’aujourd’hui. Internet, les réseaux sociaux et la vid&eac...


Exposition : Present Tense de Lorenzo Castore

Present Tense occupe une place à part dans l’œuvre du photographe. Lorenzo Castore dit de cette série qu’elle est son éducation sentimentale. Avec Paradiso et Nero, il explorait La Havane et les mines de Sardaigne. Si ces photographies confi naient bien plus à des séries de visions — exprimant une perception sensible à l’exc&e...


Exposition d'Arthur Aubert à l’Hôtel Majestic Barrière de Cannes

Rencontre avec Arthur Aubert Jeune Artiste Photographe, Arthur Aubert trace sa route dans l’univers de la photo et utilise les technologies pour créer un univers visuel personnel. Arthur est Diplômé de l’École supérieure de design, d’art graphique et d’architecture intérieure, l’ESAG Penninghen (Paris). Son diplôme d...


Rétrospective de Christian Coigny

Né en 1946, Christian Coigny passe sa jeunesse à Lausanne. A 20 ans, il fait un bref passage à l’Ecole du photo de Vevey ou il apprend surtout le graphisme et la composition. Son urgence à vouloir se mesurer avec le métier l’emmène à San Francisco ou il passera cinq ans. Un maigre portfolio sous le bras, il y décroche un mandat po...


Monique Jacot : Une vie d'images

En 1956, Monique Jacot, 22 ans, achève sa formation de photographe par un diplôme de l’Ecole des Arts et Métiers de Vevey. Outre le bagage technique indispensable, ses professeurs, Gertrude Fehr, Hermann König et Claudine Peter, lui ont transmis le goût du travail de création en studio – dans un esprit d’avant-guerre, certes, et marqué...



Informations pratiques

Jane Evelyn Atwood

Dans la grande tradition du photo-journalisme engagé, cette américaine basée ...


Comment s'y rendre ?

Maison Européenne de la Photographie
5, 7 Rue de Fourcy
75004 Paris
France


Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

La photographe Clémence Veilhan censurée par Facebook
Manifestation du 11 janvier : les photos de Depardon
« Je suis Photoshop »
Photos de nu avec cheeseburger et supplément frites
On a tué Charlie Hebdo
Depardon ist ein Berliner !
« Tourisme de la désolation » : le guide Michelin de la faucheuse
Le recyclage made in USA
L'album photo des Obama

Citation du jours

La photographie, c'est la conscience même de la peinture. Elle lui rappelle sans cesse ce qu'elle ne doit pas faire. Que la peinture prenne donc ses responsabilités.

Brassaï

Forum

Recherche photographe étudiant pas cher mariage octobre 2013

Recherche photographe pour mariage à l'étranger

jeune photographe a en devenir cherche proposition d'emploi.

recherche emploi de photographe/retoucheuse

Vos réactions

Bonjour, Où est cette pétition? Cordialement, Dominique

Il manque juste les infos essentielles : la date et le lieu de ce "Mar

Exposition : 7 Mars – 5 Mai 2015 Hôtel Majestic Barrière 10

ce genre de photo j aime ,j adore .VOIR LE LYCRA TENDU SUR DE LA PEAU,

où peut-on voir la video chemins parallèles en entier ? Merci .


Actuphoto & Facebook