Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs

J'aime
0

© Actuphoto

Première grande rétrospective consacrée à la photographe américaine Jane Evelyn Atwood, l’exposition rend compte de trente-cinq ans de travail, des prostituées de la rue des Lombards aux rues de Port au Prince. Organisés autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti) et d’une vingtaine de photographies inédites sur différents sujets, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

 

Pour voir le reportage Actuphoto à la MEP : http://www.dailymotion.com/video/xjrwbb_l-ete-2011-de-la-maison-europenne-de-la-photographie-jane-evelyn-atwood-xavier-lambours-de-l-air_creation

 

Née à New York et vivant à Paris depuis 1971, Jane Evelyn Atwood fait l’acquisition de son premier appareil photo en 1975 et commence à photographier un groupe de prostituées à Paris. C’est en partie la force de ces images qui lui valut d’obtenir la première bourse de la Fondation W. Eugene Smith en 1980 pour un autre sujet qu’elle venait d’aborder : les enfants aveugles. Elle n’avait encore jamais publié de photo.
Au cours des années suivantes, Jane Evelyn Atwood réalise plusieurs séries choisies avec soin, parmi lesquelles un reportage de dix-huit mois sur un régiment de la Légion étrangère où elle suit les soldats de Beyrouth au Tchad ; une chronique de quatre mois et demi sur le premier malade du sida en France, qu’elle accompagne jusqu’à sa mort ; et une étude de quatre ans sur les victimes de mines antipersonnels qui la conduit du Cambodge en Angola,en passant par le Kosovo, le Mozambique et l’Afghanistan, toujours avec le même regard personnel et engagé.
En 1989, elle entreprend de photographier les femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Il a fait l’objet d’un livre publié en anglais et en français et continue d’être exposé dans le monde entier.
Les femmes sont à nouveau au coeur des préoccupations de la photographe dans un projet intitulé A contre-coups, conçu et réalisé en collaboration avec Annette Lucas. Quinze portraits écrits et photographiques livrent le récit de violences faites aux femmes, refusant le misérabilisme, ces portraits témoignent avec force du courage et du sentiment de liberté que ces femmes ont su reconquérir.

En 2005, Jane Evelyn Atwood se rend à Haïti, sa vision rompt radicalement avec l’imagerie que l’actualité impose régulièrement pour évoquer ce pays. Fascinée par ses habitants, la photographe choisit d’utiliser la couleur, avec ses ombres et ses contrastes, pour témoigner de la dignité et des espoirs d’un peuple qui ne se résout pas à la fatalité.

Les Gonaïves, Haïti, 2005 © Jane Evelyn Atwood


L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité avec ses sujets, tissée au fil des années. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer. Elle se consacre entièrement aux sujets qui la mobilisent, donnant à chacun le temps nécessaire - parfois plusieurs années - pour le sonder au-delà des apparences.

Si cette exploration, en profondeur, caractérise sa démarche photographique, elle a néanmoins couvert ponctuellement des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 et la Convention démocrate de 2004.
Jane Evelyn Atwood qualifie sa méthode d’ “obsessionnelle”. Elle ne passe à un autre sujet que lorsqu’elle a le sentiment d’avoir pleinement compris celui qui l’absorbait et sa relation personnelle avec lui, jusqu’à ce que ses images traduisent cette empathie.
«A travers ses choix personnels, Atwood va toujours, semble-t-il, vers la difficulté, comme un défi, se plaçant souvent, au regarde des autres, de nous, spectateurs, à la frontière de l’interdit. Les prostituées de la rue des Lombards, un asile de vieillards, les légionnaires, un malade du sida, la pauvreté, les femmes en prison... toujours une histoire d’enfermement et de frontière, de gens à part et, à chaque fois, la photographe s’immerge dans son sujet, s’y engage corps et âme, à ses risques et périls, avec un désir de témoigner ou de changer certaines idées reçues sur ces mondes clos et les drames qu’elle rencontre en révélant à la fois la beauté et la cruauté, la mélancolie et l’ambiguïté ».

Eduardo Manet, in Extérieur Nuit, Collection Photo Poche Société, Ed. Actes Sud, 1998.

Vignette : Jane Evelyn Atwood  © Actuphoto



Mots clés / Tags : atwood, evelyn, femmes, photographe, prostitu, photo, toujours, sujets, sujet,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Les réactions & commentaires

Les fautes d'orthographe sont-elles vraiment indispensables (ou inévitables) ?

   cb | Signaler un abus 2011-17-08 9:59:41


Articles dans la même rubrique


Brenda Bancel: Finding the sacred on the sacred river

Brenda Bancel followed her dream of going to the Hindu spiritual festival in Varanasi India by attending a workshop with award winning photographer John Stanmeyer. Upon arrival, it was completely different than what she had imagined. Blocked by images of dead bodies and cremations, she struggled to find where her camera wanted to focus. After three days, she fell in love. She found what was...


Les photographes amateurs et la guerre 14-18

Alors que la photographie amateur connaît au début du XXème siècle un essor sans précédent, nombre de soldats emportent dans leur bagage des petits appareils portatifs qui vont permettre d'enregistrer leur quotidien durant le conflit. L'exposition " Regard d'un industriel elbeuvien sur la Grande Guerre, photographies de Fréd&e...


Exposition 27.11 à la Backslash Gallery

Retrouvez le travail du photographe turc Sergen Sehitoglu à la Backslash Gallery du 27 novembre 2014 au 17 janvier 2015. Depuis son ouverture, Backslash promeut la création contemporaine avec une implication sans cesse renouvelée et sa programmation s'est enrichie au fil des années à travers des rencontres et des coups de coeur. A l'...


Colin Delfosse : « Les Amazones du PKK »

J’appréhende la photographie comme un instrument. Non seulement comme instrument de contact social, mais également comme outil de communication interpersonnelle, permettant de témoigner et de susciter le débat. Licencié en communication appliquée, Colin Delfosse exerce la profession de photojournaliste depuis 2007. Dès ...


Not my language : an exhibition by Wu Tsang

Wu Tsang (b. 1982) is an artist, performer, and filmmaker based in Los Angeles. His multimedia-oriented oeuvre focuses on narratives that construct identity and the self in relation to others. In particular, Tsang is interested in the socio-political dimensions of communities and is also significantly inspired by his involvement with queer, trans, and immigrant communities in Los Angeles. Evoking ...


La collection, Acte II

A vos marques, prêts, collectionnez ! Dans moins d'un mois, vous pourrez découvrir la prochaine exposition du Centre d'art et photographie de Lectoure : La collection, acte II. A vos marques, prêts, collectionnez ! En 2012, une exposition s’intitulant «La collection, acte I: une autre histoire&raq...


Bloomberg New Contemporaries 2014

The ICA welcomes back Bloomberg New Contemporaries to its galleries for the fifth year running. Marking its 65th anniversary, selectors Marvin Gaye Chetwynd, Enrico David and Goshka Macuga have chosen works by 55 of the most promising artists emerging from UK art schools from 1,400 submissions. The resulting exhibition is an incisive snapshot of contemporary practice, spanning diverse media, proce...


Two Lives for Photography

KUNST HAUS WIEN, in cooperation with Haus der Photographie at Deichtorhallen Hamburg, is devoting a comprehensive retrospective to an exceptional American couple, the photographers Lillian Bassman (1917–2012) and Paul Himmel (1914–2009). In this exhibition (from 16 October 2014 to 8 February 2015), two lives are united in an extraordinary artistic symbiosis. ...



Informations pratiques

Jane Evelyn Atwood

Dans la grande tradition du photo-journalisme engagé, cette américaine basée ...


Comment s'y rendre ?

Maison Européenne de la Photographie
5, 7 Rue de Fourcy
75004 Paris
France


Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

The Curse : une exposition bien en règles
Storyteller: The photographs of Duane Michals
Chère Fleur Pellerin...
Downtown Divas : des prostituées chics pour un résultat choc
Diane Ducruet censurée par sa propre galerie !
Balade au Père-Lachaise avec Nathalie Rheims
Photo, morale et plug anal
Shelly Mosman et son Animal Child : l'art du portrait atemporel
Interview de Patrick Zachmann : «Nizar quand je l'ai connu, il dormai

Citation du jours

La mémoire est le meilleur appareil photo qui soit.

Kevin spacey

Forum

cherche place de laborantin pour la saison d\\\'hivers 2014/2015

Recherche étudiant(e) en photographie pour mariage puy de dome juin 2

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Photographe amateur pour mariage au mois fin novembre

Vos réactions

Bonjour Gwendolina, Merci pour votre bel article. J'ai vu avec plai

RIP Lucien

J'ai découvert aux Rencontres internationales de photos d'Arles ce re

Pour en savoir plus de Paolo Pellegrin (en anglais): http://fotografia

combien le prix


Actuphoto & Facebook