Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs

J'aime
0

© Actuphoto

Première grande rétrospective consacrée à la photographe américaine Jane Evelyn Atwood, l’exposition rend compte de trente-cinq ans de travail, des prostituées de la rue des Lombards aux rues de Port au Prince. Organisés autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti) et d’une vingtaine de photographies inédites sur différents sujets, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

 

Pour voir le reportage Actuphoto à la MEP : http://www.dailymotion.com/video/xjrwbb_l-ete-2011-de-la-maison-europenne-de-la-photographie-jane-evelyn-atwood-xavier-lambours-de-l-air_creation

 

Née à New York et vivant à Paris depuis 1971, Jane Evelyn Atwood fait l’acquisition de son premier appareil photo en 1975 et commence à photographier un groupe de prostituées à Paris. C’est en partie la force de ces images qui lui valut d’obtenir la première bourse de la Fondation W. Eugene Smith en 1980 pour un autre sujet qu’elle venait d’aborder : les enfants aveugles. Elle n’avait encore jamais publié de photo.
Au cours des années suivantes, Jane Evelyn Atwood réalise plusieurs séries choisies avec soin, parmi lesquelles un reportage de dix-huit mois sur un régiment de la Légion étrangère où elle suit les soldats de Beyrouth au Tchad ; une chronique de quatre mois et demi sur le premier malade du sida en France, qu’elle accompagne jusqu’à sa mort ; et une étude de quatre ans sur les victimes de mines antipersonnels qui la conduit du Cambodge en Angola,en passant par le Kosovo, le Mozambique et l’Afghanistan, toujours avec le même regard personnel et engagé.
En 1989, elle entreprend de photographier les femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Il a fait l’objet d’un livre publié en anglais et en français et continue d’être exposé dans le monde entier.
Les femmes sont à nouveau au coeur des préoccupations de la photographe dans un projet intitulé A contre-coups, conçu et réalisé en collaboration avec Annette Lucas. Quinze portraits écrits et photographiques livrent le récit de violences faites aux femmes, refusant le misérabilisme, ces portraits témoignent avec force du courage et du sentiment de liberté que ces femmes ont su reconquérir.

En 2005, Jane Evelyn Atwood se rend à Haïti, sa vision rompt radicalement avec l’imagerie que l’actualité impose régulièrement pour évoquer ce pays. Fascinée par ses habitants, la photographe choisit d’utiliser la couleur, avec ses ombres et ses contrastes, pour témoigner de la dignité et des espoirs d’un peuple qui ne se résout pas à la fatalité.

Les Gonaïves, Haïti, 2005 © Jane Evelyn Atwood


L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité avec ses sujets, tissée au fil des années. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer. Elle se consacre entièrement aux sujets qui la mobilisent, donnant à chacun le temps nécessaire - parfois plusieurs années - pour le sonder au-delà des apparences.

Si cette exploration, en profondeur, caractérise sa démarche photographique, elle a néanmoins couvert ponctuellement des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 et la Convention démocrate de 2004.
Jane Evelyn Atwood qualifie sa méthode d’ “obsessionnelle”. Elle ne passe à un autre sujet que lorsqu’elle a le sentiment d’avoir pleinement compris celui qui l’absorbait et sa relation personnelle avec lui, jusqu’à ce que ses images traduisent cette empathie.
«A travers ses choix personnels, Atwood va toujours, semble-t-il, vers la difficulté, comme un défi, se plaçant souvent, au regarde des autres, de nous, spectateurs, à la frontière de l’interdit. Les prostituées de la rue des Lombards, un asile de vieillards, les légionnaires, un malade du sida, la pauvreté, les femmes en prison... toujours une histoire d’enfermement et de frontière, de gens à part et, à chaque fois, la photographe s’immerge dans son sujet, s’y engage corps et âme, à ses risques et périls, avec un désir de témoigner ou de changer certaines idées reçues sur ces mondes clos et les drames qu’elle rencontre en révélant à la fois la beauté et la cruauté, la mélancolie et l’ambiguïté ».

Eduardo Manet, in Extérieur Nuit, Collection Photo Poche Société, Ed. Actes Sud, 1998.

Vignette : Jane Evelyn Atwood  © Actuphoto



Mots clés / Tags : atwood, evelyn, femmes, photographe, prostitu, photo, toujours, sujets, sujet,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Cochez la case ci dessous





Les réactions & commentaires

Les fautes d'orthographe sont-elles vraiment indispensables (ou inévitables) ?

   cb | Signaler un abus 2011-17-08 9:59:41


Articles dans la même rubrique


Exposition : Film à blanc de Ismaïl Bahri

Film à blanc propose une déclinaison de l’exposition sommeils qui a eu lieu à l’Espace Khiasma fin 2014. Aussi y retrouve-t-on des motifs similaires tels que les pulsations lumineuses, la question du film, ainsi que la mécanique d’apparition et de disparition, mais autrement abordés. Dans Film à blanc, les images se cô...


Exposition : L’une et l'autre / Carnet de route

Le 8 mars 2013, l’exposition l’Une & l’Autre présentait les premiers travaux photographiques des participantes aux ateliers de récits photographiques animés par 100 Voix ! au sein de structures d’accueils de l’association Aurore. Deux ans après, à l’occasion de la parution d’un objet unique tiré à 500 ex...


Exhibition : Masterpieces 1979-2013 by Alfred Seiland

In his second solo exhibition at Galerie Clairefontaine, Alfred Seiland shows several icons from his photographic works: East Coast - West Coast, Kluge Köpfe FAZ-Kampagne and Imperium Romanum. In American road movies, the protagonists usually travel from East to West, or vice versa. By contrast, for his series "East Coast-West Coast", the Austrian photographer Alfred ...


Exposition : « Chercher le garçon » au MAC VAL

Pour le premier grand rendez-vous de la programmation de l’année de ses 10 ans, le MAC VAL – Musée d’art contemporain du Val-de-Marne présente une exposition thématique pluridisciplinaire. Qu’est ce qui définit la masculinité aujourd’hui ? Et comment proposer des alternatives à la figure du mâle dom...


Exposition : BookMarked at Stills Gallery

Celebrating artist books in all their forms, from handcrafted one-offs to self-published photobooks, sculptural creations and vintage punk fanzines, Bookmarked is a curated group exhibition that allows visitors to get lost between the pages. Bookmarked will feature a display of nearly 50 books on special loan from the Asia-Pacific Photobook Archive - the only Archive of photobooks from this region...


Exposition : Larry Sultan au S.M.A.K. et au Kunstmuseum Bonn

Larry Sultan (1946–2009) was one of the most important American conceptual photographers. An extensive selection of his work is now being shown simultaneously in two European museums. S.M.A.K. is presenting the first solo exhibition of Sultan's work in Belgium, and Kunstmuseum Bonn is exhibiting the largest selection of his work ever shown in Germany. Sultan created "...


Exposition : WILLIAM KLEIN + BROOKLYN

New York – WILLIAM KLEIN + BROOKLYN, an exhibition of new color photographs by one of the leading photographers of the 20th century, will be on view at Howard Greenberg Gallery from March 19 – May 2, 2015. The exhibition presents nearly 50 images from the summer of 2013 is accompanied by a book BROOKLYN + KLEIN (Contrasto, Spring 2015). An opening reception with the artist will be held...


Exposition : A Grand Polyphony de Ryuichi Ishikawa

« Les snapshots de Ryuichi Ishigawa, collectés sous le nom de Polyphony (pluralité des sons), montrent tous les aspects de la vie quotidienne de l'artiste sur l'île d'Okinawa au Japon. Capturant Okinawa sous toute ses formes, sa vie actuelle et son histoire, ses photographies grouillent d'une énergie envahissante et universelle qui dépasse le...



Informations pratiques

Jane Evelyn Atwood

Dans la grande tradition du photo-journalisme engagé, cette américaine basée ...


Comment s'y rendre ?

Maison Européenne de la Photographie
5, 7 Rue de Fourcy
75004 Paris
France


Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

« A Beautiful Body Project » : les femmes reprennent possession de
Interview de Jen Davis : « Je voulais voir en moi la recherche de la
Découverte de « L'inoubliable Marilyn » à la Galerie de l'Instant
Scandale à Charleroi
Interview de Jérôme Deya « Il faut lutter contre l'indifférence 
Cindy Crawford enflamme la toile avec une photo sans retouches
Le tatouage raconté en photos
Pluton ou les 3 bonnes raisons pour lesquelles on ne devrait jamais ph
«L'Italie» intime de Bernard Plossu

Citation du jours

La photographie c'est un art; c'est mieux qu'un art, c'est le phénomène solaire où l'artiste collabore avec le soleil.

Alphonse de Lamartine

Forum

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Photographe amatrice

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Vos réactions

jsui lha amphoyrait ! jçui paussT an bat dé blauk shur mont tairitoi

hou ai the real zboub ? sa fé lontan queu jeu tai pah vuth

j'en reviens pas .....lamentable !!!

Habitant en Province je n'aurais pas l'occasion de me rendre à cette

Bel article... que j'aurais préféré ne pas voir.


Actuphoto & Facebook