Retrospective Jane Evelyn Atwood à la MEP : Mère des Douleurs

J'aime
0

© Actuphoto

Première grande rétrospective consacrée à la photographe américaine Jane Evelyn Atwood, l’exposition rend compte de trente-cinq ans de travail, des prostituées de la rue des Lombards aux rues de Port au Prince. Organisés autour de six séries majeures (les prostituées, les aveugles, les femmes en prison, Jean-Louis/Vivre et mourir du sida, les victimes de mines antipersonnels, Haïti) et d’une vingtaine de photographies inédites sur différents sujets, les quelques 200 tirages de l’exposition retracent le parcours d’une photographe sans concession, sensible aux destins de ceux que leur condition et les drames de la vie ont rejeté à la périphérie, loin des regards de la société.

 

Pour voir le reportage Actuphoto à la MEP : http://www.dailymotion.com/video/xjrwbb_l-ete-2011-de-la-maison-europenne-de-la-photographie-jane-evelyn-atwood-xavier-lambours-de-l-air_creation

 

Née à New York et vivant à Paris depuis 1971, Jane Evelyn Atwood fait l’acquisition de son premier appareil photo en 1975 et commence à photographier un groupe de prostituées à Paris. C’est en partie la force de ces images qui lui valut d’obtenir la première bourse de la Fondation W. Eugene Smith en 1980 pour un autre sujet qu’elle venait d’aborder : les enfants aveugles. Elle n’avait encore jamais publié de photo.
Au cours des années suivantes, Jane Evelyn Atwood réalise plusieurs séries choisies avec soin, parmi lesquelles un reportage de dix-huit mois sur un régiment de la Légion étrangère où elle suit les soldats de Beyrouth au Tchad ; une chronique de quatre mois et demi sur le premier malade du sida en France, qu’elle accompagne jusqu’à sa mort ; et une étude de quatre ans sur les victimes de mines antipersonnels qui la conduit du Cambodge en Angola,en passant par le Kosovo, le Mozambique et l’Afghanistan, toujours avec le même regard personnel et engagé.
En 1989, elle entreprend de photographier les femmes incarcérées et parvient à avoir accès à certains des pires centres pénitentiaires et prisons du monde, y compris aux quartiers des condamnées à mort. Ce travail monumental de dix années, portant sur quarante prisons dans neuf pays d’Europe et aux États-Unis, reste aujourd’hui un témoignage photographique déterminant sur le sort des femmes emprisonnées. Il a fait l’objet d’un livre publié en anglais et en français et continue d’être exposé dans le monde entier.
Les femmes sont à nouveau au coeur des préoccupations de la photographe dans un projet intitulé A contre-coups, conçu et réalisé en collaboration avec Annette Lucas. Quinze portraits écrits et photographiques livrent le récit de violences faites aux femmes, refusant le misérabilisme, ces portraits témoignent avec force du courage et du sentiment de liberté que ces femmes ont su reconquérir.

En 2005, Jane Evelyn Atwood se rend à Haïti, sa vision rompt radicalement avec l’imagerie que l’actualité impose régulièrement pour évoquer ce pays. Fascinée par ses habitants, la photographe choisit d’utiliser la couleur, avec ses ombres et ses contrastes, pour témoigner de la dignité et des espoirs d’un peuple qui ne se résout pas à la fatalité.

Les Gonaïves, Haïti, 2005 © Jane Evelyn Atwood


L’œuvre de Jane Evelyn Atwood traduit une profonde intimité avec ses sujets, tissée au fil des années. Fascinée par les personnes hors normes et par la notion d’exclusion, elle pénètre des mondes que la plupart d’entre nous ignorent ou décident d’ignorer. Elle se consacre entièrement aux sujets qui la mobilisent, donnant à chacun le temps nécessaire - parfois plusieurs années - pour le sonder au-delà des apparences.

Si cette exploration, en profondeur, caractérise sa démarche photographique, elle a néanmoins couvert ponctuellement des événements de l’actualité, tels le tremblement de terre de Kobe en 1995, les attentats contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 et la Convention démocrate de 2004.
Jane Evelyn Atwood qualifie sa méthode d’ “obsessionnelle”. Elle ne passe à un autre sujet que lorsqu’elle a le sentiment d’avoir pleinement compris celui qui l’absorbait et sa relation personnelle avec lui, jusqu’à ce que ses images traduisent cette empathie.
«A travers ses choix personnels, Atwood va toujours, semble-t-il, vers la difficulté, comme un défi, se plaçant souvent, au regarde des autres, de nous, spectateurs, à la frontière de l’interdit. Les prostituées de la rue des Lombards, un asile de vieillards, les légionnaires, un malade du sida, la pauvreté, les femmes en prison... toujours une histoire d’enfermement et de frontière, de gens à part et, à chaque fois, la photographe s’immerge dans son sujet, s’y engage corps et âme, à ses risques et périls, avec un désir de témoigner ou de changer certaines idées reçues sur ces mondes clos et les drames qu’elle rencontre en révélant à la fois la beauté et la cruauté, la mélancolie et l’ambiguïté ».

Eduardo Manet, in Extérieur Nuit, Collection Photo Poche Société, Ed. Actes Sud, 1998.

Vignette : Jane Evelyn Atwood  © Actuphoto



Mots clés / Tags : atwood, evelyn, femmes, photographe, prostitu, photo, toujours, sujets, sujet,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Les réactions & commentaires

Les fautes d'orthographe sont-elles vraiment indispensables (ou inévitables) ?

   cb | Signaler un abus 2011-17-08 9:59:41


Articles dans la même rubrique


Exposition : les frères Lardeur

C’est dans l’atelier de leur père Gérard Lardeur, maître verrier et sculpteur, que les deux frères ont ensemble travaillé la matière dès leur plus jeune âge et développé leur amour pour l’art. Au- jourd’hui, leur production artistique est à la fois très personnelle et étrangement proche. ...


Exposition : Martin Parr

Exposition de Marin Parr : Food (and others series). Pour sa quatrième monographie à la galerie Kamel Mennour, Martin Parr propose un choix de photographies tirées de deux séries différentes autour de Paris et Londres. Aussi, le célèbre photographe de...


Exposition : "Innocents" by Moby

Do not miss Moby's acclaimed photography exhibit Innocents, now entering its final days. Following a successful showing at Art Hamptons, Scope Miami and Contemporary Istanbul. Innocents has received rave reviews from leading art and news publications. Come by and enjoy Moby’s post-apocalyptic landscapes one last time before the exhibit closes on December 31st. ...


Exposition : Close to home

Home is both the place you live and the place where you used to live. It is your family and your neighborhood and your city. It is a place of comfort and apprehension. You may look forward to going home all day long, or you haven't been there in years, and you have no plans to visit. Home is a complicated place. The seven artists in this exhibition use photography to explore dif...


Exposition : Conflict, time, photography

From the seconds after a bomb is detonated to a former scene of battle years after a war has ended, this moving exhibition focuses on the passing of time, tracing a diverse and poignant journey through over 150 years of conflict around the world, since the invention of photography. ...


Exposition : unfolded

Christophe Guye Galerie is pleased to announce the upcoming solo exhibition of Swiss artist Dominique Teufen (*1975). © Dominique Teufen Dominique Teufen spies her motifs not through the vi...


Exposition : How to disappear completely - the Poems

Au-delà de l'ordinaire ou des effets de mode, créant une certaine alchimie entre peinture, cinéma et théâtre, les photographies de Boris Eldagsen défient toute volonté de classification. Entre le sublime et le mystère, sa série photographique How to disappear completely / The Poems étudie la lumière dans le cadre de mi...


Exposition : Backstage

Le travail de Manuela Marques s'inscrit dans les pratiques contemporaines de l'image qui sont liées à l'expression poétique, à l'exercice spéculatif et fictionnel, qui font appel au caractère indéterminé des œuvres, à la réflexivité et au sensible. Il s'agit de formes et de moyens légitime...



Informations pratiques

Jane Evelyn Atwood

Dans la grande tradition du photo-journalisme engagé, cette américaine basée ...


Comment s'y rendre ?

Maison Européenne de la Photographie
5, 7 Rue de Fourcy
75004 Paris
France


Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
Ces photographes qui font du nu
Les 12 photos les plus marquantes de l'année 2014 selon Actuphoto
Mais qui es-tu Nicolás Muller ?
Pas de photo pour les homos ?
Ruven Afanador publie « Angel Gitano, hommes de Flamenco »
« L'Ennemi intérieur » : les viols au sein de l'armée américaine
Les Indiennes transgenres de Sahar Fadaian : une communauté maudite ?
Le Petit Palais accueille REZA : « Azerbaïdjan, l'Elégance du feu

Citation du jours

Une mauvaise photo qui rappelle vos traits vaut mieux qu'un beau paysage qui ne vous ressemble pas.

Pierre dac

Forum

RECHERCHE PHOTOGRAPHE URGENT - HIVER 2014/2015 MEGEVE

Recherche patron photographie pour septembre 2014

recherche photographe amateur ou etudiant

Recherche photographe amateur pour notre mariage

Vos réactions

bonjour pas une seule photo sur l anniversaire de la mort de Mandela

Puis je prendre RDV pour le 30/12 svp ? Merci de me répondre svp

Hassan

Faisons semblant de trouver tout ce qui est laid attrayant... Les r

Je ne pensais pas qu'en 2014, des sites utilisaient encore l'infâme a


Actuphoto & Facebook