Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre

J'aime
1

Claude Cahun, Autoportrait, vers 1929 Collection Neuflize Vie © Photo André Morin

L’exposition du Jeu de Paume, la première de cette importance en France depuis seize ans, réunit un large ensemble d’œuvres majeures, dont quelques pièces peu connues ou jamais exposées, et met en valeur à la fois la diversité et l’unité de la démarche photographique de Claude Cahun (1894-1954).

Pour voir le reportage d'Actuphoto au Jeu de Paume, à la rencontre du commissaire de l'exposition Claude Cahun : http://www.dailymotion.com/video/xiwcmb_santu-mofokeng-et-claude-cahun-nouvelles-expositions-du-jeu-de-paume-par-actuphoto_creation

L’œuvre photographique de Claude Cahun s’étend sur une vaste période allant de 1913 à 1954, peu avant sa mort. L’on peut penser que, depuis l’âge de quinze ou seize ans, l’artiste n’a cessé de faire appel à la photographie. Néanmoins, les œuvres qu’elle nous a léguées permettent de distinguer des périodes particulièrement productives : 1914-1920, 1926-1932, 1936-1940, 1947-1950.

Ce sont sans doute ses autoportraits qui ont suscité le plus d’intérêt parmi les théoriciens de la culture contemporaine. L’artiste s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité (féminine, masculine). Claude Cahun (née Lucy Renée Mathilde Schwob) s’est réinventée à travers la photographie (comme à travers l’écriture), en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la « performance », habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Or parler d’identité, c’est aussi parler indirectement du corps, partant, de l’image que l’on projette de soi, et qui devient sociale dès l’instant où elle est partagée. Contrairement à d’autres artistes – principalement des hommes – qui pratiquèrent le portrait sans jamais s’exposer eux-mêmes, ou rarement (Man Ray, Hans Bellmer, André Kertész), Claude Cahun est à la fois l’objet et le sujet de ses expériences artistiques. En témoignent, chez elle, le soin mis dans le choix de la pose, l’intention de celle-ci, les fonds qu’elle utilise (tissus, couvre-lits, draps, tentures...), le recours à des accessoires précis (masques, capes, survêtement, globes de verre…), même si le point focal de l’image reste essentiellement le visage lui-même.

Claude Cahun, Le Chemin des chats VI, vers1949
Conservation Bibliothèque municipale de Nantes © Bibliothèque municipale de Nantes

On retrouve certaines de ces propositions dans les travaux sur l’objet qui s’annoncent au milieu des années 1920 et se développent durant les années 1930. L’exposition s’attache à mettre en évidence la dimension particulièrement novatrice de ces recherches dont les problématiques, les procédés plastiques et symboliques (agencement scénique, superposition de clichés, photomontage), s’inscrivent dans la continuité des spéculations sur la métamorphose de soi.

L’œuvre de Claude Cahun, dont beaucoup de clichés et de manuscrits ont été perdus lors du pillage de son domicile de Jersey par les nazis, a longtemps été méconnue et tenue éloignée des regards. Grâce à cette exposition, elle est ainsi restituée dans la totalité de ses expressions. Une riche documentation sous vitrines accompagne la présentation des photographies.
On ne peut pas vraiment comprendre l’itinéraire personnel de Claude Cahun sans évoquer la complicité de son amante et compagne, Suzanne Malherbe, mieux connue sous son nom d´artiste, Moore. Certaines œuvres résultent d’une collaboration entre les deux femmes, par exemple les dix photomontages repris dans Aveux non avenus (1930), l’œuvre littéraire la plus célèbre de Claude Cahun.

La dimension politique du couple est indéniable, qui fait valoir un individualisme libertaire et un esprit de résistance contre toutes les oppressions (notamment dans la lutte contre l’oc- cupation allemande dès 1940). Elle se manifeste dans leur adhésion active au surréalisme et leur relation avec André Breton, René Crevel, Robert Desnos… Elles se sont aussi liées d´amitié, à différentes périodes, avec Henri Michaux, Adrienne Monnier, Sylvia Beach, Gaston Ferdière, etc., avant de quitter Paris pour l’île de Jersey, en 1938.

Claude Cahun et Moore, Aveux non avenus, planche I, 1929-1930
Collection particulière © Photo Béatrice Hatala



Mots clés / Tags : claude, cahun, exposition, clich, image, paume, particuli, uvres, artiste, riodes,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Cochez la case ci dessous





Articles dans la même rubrique


Expositions : Serge Assier & Michel Eisenlohr

Serge Assier - Hommage à Jean Roudaut • Vernissage vendredi 27 février à 18h • Mercredi 18 Mars à 17h Rencontre dédicace avec Serge ASSIER au sujet de son hommage à Jean ROUDAUT • Samedi 28 Mars à 15h Conférence sur le travail d’auteur / r...


Exposition : Toni Schneiders - Retrospective

Bernheimer Fine Art is pleased to announce the retrospective of German photographer Toni Schneiders (1920 – 2006), who was one of the most important figures of photography in post-war Europe. As a founding member of the avant-garde group fotoform (one of the participants in the world photography exhibition of 1952 held in Lucerne) and a pioneer of travel phot...


Exposition : Jeffrey Stockbridge - Instagram takeover

Jeffrey graduated from Drexel University with a BS in Photography in 2005. His photographs of abandoned houses, prostitution and drug addiction focus on humanizing the elusive underbelly of inner-city life. His work has been included in exhibitions at The National Portrait Gallery London, The Philadelphia Museum of Art, The Delaware Art Museum, The Delaware Center for Contemporary Arts, The Housto...


Exposition : Bang Bang - 14 artistes réinterprètent le Western

Du 18 mars au 18 juin 2015, le western se fait une place au cœur du Marais. Explorer le Far West en plein Paris et replonger en enfance: c’est ce que proposera bientôt la galerie d’art Sakura. Après le succès de son dernier événement consacré à Goldorak, elle lance ainsi, en mars prochain, une exposi...


Exhibition : David Wojnarowicz & Robert Blanchon

‘Feeling animalistic. Feeling Hyena. Feeling Wolf. Feeling Dog. I am tongue and heart.’(David Wojnarowicz) The Grazer Kunstverein continues to question the concept of social abstraction by presenting work by two exceptional American artists who have both gained cult status in the United States. Each of their practices investigates and translates...


Exhibition : Tableaux by Koen Hauser

The Ravestijn Gallery in Amsterdam is proud to present new work by Koen Hauser (1972, The Netherlands): an open-minded quest for the simple beauty of attributes and objects that, stripped of a functionality, will show the essence of their configuration. Koen Hauser first got his degree in Social Psychology before he graduated in Photography at the Rietveld Academy i...


Taryn Simon s'expose au Jeu de Paume

« Vues arrière, nébuleuse stellaire et le bureau de la propagande extérieure » est le titre étonnant de la première exposition française de la talentueuse artiste Taryn Simon. Et cela valait la peine d'attendre ! Le Jeu de Paume nous fait découvrir cinq des séries les plus emblématiques d...


New Works #18: En Foco’s Photography Fellowship Awards

The Bronx Documentary Center and En Foco are proud to present a major exhibition by the 18th New Works Photography Fellowship Awardees: Alan Chin, Eyakem Gulilat, Angie Keller, Hye-Ryoung Min, and Joana Toro. Juror Danielle Jackson, Co-Founder of The Bronx Documentary Center, states, “A few projects excelled in their technical ability, clarity of vision, originality a...



Informations pratiques

Claude Cahun

Claude Cahun (1894-1954), qui fait aujourd’hui l’objet d’un véritable eng...


Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Interview de Jock Sturges : « L’éternité, c’est un peu mon ambi
« Joyeux enfer » ou les prémices de la pornographie
« A Beautiful Body Project » : les femmes reprennent possession de
Interview de Jen Davis : « Je voulais voir en moi la recherche de la
« Flower Man », les hommes-fleurs de Calcutta
Découverte de « L'inoubliable Marilyn » à la Galerie de l'Instant
Le tatouage raconté en photos
Cindy Crawford enflamme la toile avec une photo sans retouches
Auschwitz, si c'est une photo

Citation du jours

« Pour moi, la photo, ce n'est pas regarder, c'est ressentir. si vous ne ressentez rien quand vous êtes devant un sujet ou un paysage, il y a peu de chances que les gens ressentent quelque chose en regardant vos photos. »

Don mccullin

Forum

Recherche modèle

besoin d'un photographe si possible région Marseille et alentours

Cherche photographe mariage - 27 juin - Valence (26)

Cherche photographe mariage - 27 juin - Valence (26)

Vos réactions

Habitant en Province je n'aurais pas l'occasion de me rendre à cette

Bel article... que j'aurais préféré ne pas voir.

Très bon article ! Riche, agréable à lire et bien construit. On en

Magnifique... qu'elle poésie !

je trouve tes images magnifiques, c'est très interressant, merci d'av


Actuphoto & Facebook