Claude Cahun au Jeu de Paume : itinéraire d'une rebelle transgenre

J'aime
1

Claude Cahun, Autoportrait, vers 1929 Collection Neuflize Vie © Photo André Morin

L’exposition du Jeu de Paume, la première de cette importance en France depuis seize ans, réunit un large ensemble d’œuvres majeures, dont quelques pièces peu connues ou jamais exposées, et met en valeur à la fois la diversité et l’unité de la démarche photographique de Claude Cahun (1894-1954).

Pour voir le reportage d'Actuphoto au Jeu de Paume, à la rencontre du commissaire de l'exposition Claude Cahun : http://www.dailymotion.com/video/xiwcmb_santu-mofokeng-et-claude-cahun-nouvelles-expositions-du-jeu-de-paume-par-actuphoto_creation

L’œuvre photographique de Claude Cahun s’étend sur une vaste période allant de 1913 à 1954, peu avant sa mort. L’on peut penser que, depuis l’âge de quinze ou seize ans, l’artiste n’a cessé de faire appel à la photographie. Néanmoins, les œuvres qu’elle nous a léguées permettent de distinguer des périodes particulièrement productives : 1914-1920, 1926-1932, 1936-1940, 1947-1950.

Ce sont sans doute ses autoportraits qui ont suscité le plus d’intérêt parmi les théoriciens de la culture contemporaine. L’artiste s’y sert de sa propre image pour démonter un à un les clichés associés à l’identité (féminine, masculine). Claude Cahun (née Lucy Renée Mathilde Schwob) s’est réinventée à travers la photographie (comme à travers l’écriture), en posant pour l’objectif avec un sens aigu de la « performance », habillée en femme, en homme, cheveux longs ou crâne rasé (chose des plus incongrues pour une femme de l’époque). Or parler d’identité, c’est aussi parler indirectement du corps, partant, de l’image que l’on projette de soi, et qui devient sociale dès l’instant où elle est partagée. Contrairement à d’autres artistes – principalement des hommes – qui pratiquèrent le portrait sans jamais s’exposer eux-mêmes, ou rarement (Man Ray, Hans Bellmer, André Kertész), Claude Cahun est à la fois l’objet et le sujet de ses expériences artistiques. En témoignent, chez elle, le soin mis dans le choix de la pose, l’intention de celle-ci, les fonds qu’elle utilise (tissus, couvre-lits, draps, tentures...), le recours à des accessoires précis (masques, capes, survêtement, globes de verre…), même si le point focal de l’image reste essentiellement le visage lui-même.

Claude Cahun, Le Chemin des chats VI, vers1949
Conservation Bibliothèque municipale de Nantes © Bibliothèque municipale de Nantes

On retrouve certaines de ces propositions dans les travaux sur l’objet qui s’annoncent au milieu des années 1920 et se développent durant les années 1930. L’exposition s’attache à mettre en évidence la dimension particulièrement novatrice de ces recherches dont les problématiques, les procédés plastiques et symboliques (agencement scénique, superposition de clichés, photomontage), s’inscrivent dans la continuité des spéculations sur la métamorphose de soi.

L’œuvre de Claude Cahun, dont beaucoup de clichés et de manuscrits ont été perdus lors du pillage de son domicile de Jersey par les nazis, a longtemps été méconnue et tenue éloignée des regards. Grâce à cette exposition, elle est ainsi restituée dans la totalité de ses expressions. Une riche documentation sous vitrines accompagne la présentation des photographies.
On ne peut pas vraiment comprendre l’itinéraire personnel de Claude Cahun sans évoquer la complicité de son amante et compagne, Suzanne Malherbe, mieux connue sous son nom d´artiste, Moore. Certaines œuvres résultent d’une collaboration entre les deux femmes, par exemple les dix photomontages repris dans Aveux non avenus (1930), l’œuvre littéraire la plus célèbre de Claude Cahun.

La dimension politique du couple est indéniable, qui fait valoir un individualisme libertaire et un esprit de résistance contre toutes les oppressions (notamment dans la lutte contre l’oc- cupation allemande dès 1940). Elle se manifeste dans leur adhésion active au surréalisme et leur relation avec André Breton, René Crevel, Robert Desnos… Elles se sont aussi liées d´amitié, à différentes périodes, avec Henri Michaux, Adrienne Monnier, Sylvia Beach, Gaston Ferdière, etc., avant de quitter Paris pour l’île de Jersey, en 1938.

Claude Cahun et Moore, Aveux non avenus, planche I, 1929-1930
Collection particulière © Photo Béatrice Hatala



Mots clés / Tags : claude, cahun, exposition, clich, image, paume, particuli, uvres, artiste, riodes,

Réagissez à cet article

Pseudo


Email (Confidentiel)


Commentaire


Recopier le code de sécurité





Articles dans la même rubrique


Mineurs, ici : une exposition de Farida Hamak

Biographie de Farida Hamak En 2011, Farida Hamak s’installe à Lyon, et intègre la direction artistique de la galerie Regard Sud, tout en continuant son travail de photographe d’auteur. Elle a six ans lorsque ses parents quittent l’Algérie pour la France. Après avoir débuté des études litt&eacut...


James Franco by James Franco for James Franco

Il y avait beaucoup de monde mardi 25 novembre dans la petite Galerie Cinéma sur Saint-Claude dans le IIIe arrondissement, pour voir ou juste apercevoir James Franco, venu à Paris pour le vernissage de son exposition New Film Stills. Le mercredi 26 novembre, quand nous y sommes allés pour visiter l'exposition lors de son premier jour, il y avait beaucoup moins de m...


Tony Conrad at Kunsthalle Wien

Tony Conrad. Two Degrees of Separation 3 December 2014–8 March 2015 Kunsthalle Wien Karlsplatz Treitlstrasse 2 1040 Vienna Austria Hours: Friday–Wednesday 10am–7pm, Thursday 10am–9pm For his exhibition at Kunsthalle Wien Karlsplatz Tony Conrad ...


Rétrospective Alvin Langdon Coburn

Du 13 décembre 2014 au 8 février 2015, la FUNDACIÓN MAPFRE accueille la rétrospective du photographe nord-américain Alvin Langdon Coburn (Boston, 1882-Gales, 1966), pionnier de la photographie abstraite moderne. Il s'agit d'une occasion unique d’admirer la collection la plus complète des œuvres de l’artiste réalisée ...


Nicolas Comment expose "T(ange)r"

Nicolas Comment est photographe et auteur compositeur. Il exposera sa série sur la ville de Tanger à la galerie 127 de Marrakech, du 4 décembre 2014 au 5 janvier 2015. En 2001, il publie aux éditions Filigranes son premier livre de photographies : La desserte (texte d’André S. Labarthe), suivi par Le point en 2003 et A*** en 2004. Di...


Lyon : projection photo pendant la fête des lumières

A l'occasion de la fête des lumières à Lyon, L'ABAT-JOUR proposera une projection de plusieurs séries photographiques axées sur le thème « Rencontres », du vendredi 5 au lundi 8 décembre 2014 à partir de 19h. Cette projection sera visible de l'extérieur comme de l'intérieur de la galerie, celle-ci ouvr...


Soldats des cinq continents

Cette exposition, réalisée à partir de publications de l’époque, de photos, dessins et cartes postales du fonds 14-18 de la BmL vous propose de redécouvrir le parcours de ces combattants venus du monde entier. Dès les premières semaines de guerre, de nombreux volontaires, venus du monde entier, se sont mobilisés pour veni...


Tous poilus, des bêtes et des hommes dans la Grande Guerre

Cette présentation est réalisée grâce à des photos et des dessins extraits de journaux, de cartes postales et d’affiches collectés par la Bibliothèque municipale de Lyon à partir de 1915, sous l’impulsion du maire Édouard Herriot. Elle rappelle que la Première Guerre mondiale a été aussi celle des animau...



Informations pratiques

Claude Cahun

Claude Cahun (1894-1954), qui fait aujourd’hui l’objet d’un véritable eng...


Comment s'y rendre ?

Jeu de Paume
1 Place de la Concorde
75008 Paris
France


Jusqu'au 25/9/2011

Statut : Expositions terminé





Suivre

Communauté

Vous n'êtes pas encore membre d'actuphoto
Inscrivez-vous


Articles les + lus

Les 10 photographes les plus riches du Monde en 2014
The Curse : une exposition bien en règles
Storyteller: The photographs of Duane Michals
Chère Fleur Pellerin...
Downtown Divas : des prostituées chics pour un résultat choc
Diane Ducruet censurée par sa propre galerie !
Balade au Père-Lachaise avec Nathalie Rheims
Interview de Patrick Zachmann : «Nizar quand je l'ai connu, il dormai
Shelly Mosman et son Animal Child : l'art du portrait atemporel

Citation du jours

Les photographies que nous aimons ont été faites quand le photographe a su s'effacer. S'il y avait un mode d'emploi, ce serait certainement celui-là.

Edouard Boubat

Forum

trouver du travail comme un modèle

Recherche photographe amateur pour notre mariage

jeune photographe a en devenir cherche proposition d'emploi.

Mariage mai 2016 recherche photographe étudiant ou autre

Vos réactions

Bonjour Bizert, Les photographies de REZA ont un caractère partic

Bonjour, je ne comprends pas pourquoi vous accueillis sur votre site c

On ne peu pas mourir a 69 ans, est être né en 1951.

"Malgré une légère baisse de la fréquentation par rapport à 2013

George Georgiou, Dimitri Pilalis, Jonh Stanmeyer... amazing artist pho


Actuphoto & Facebook